21 Tichré 5782 / lundi 27 septembre 2021 | Paracha : Soukoth
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Une vie spirituelle     Histoires personnelles     L’envie de prier     Kabbale             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Une vie spirituelle  
 
AccueilSpiritualité et foiUne vie spirituelleUn conseil à étudier
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Un conseil à étudier    

Un conseil à étudier



Le complice désigné possède tous les atouts pour passer inaperçu ; en vérité, ce complice a revêtu les habits du meilleur ami que peut avoir Daniel : son compagnon d'étude.

 



 

Nous avons souvent parlé du mauvais penchant et de sa volonté de nous éloigner d'Hachem, que D-ieu nous préserve. Le yetser hara' ne néglige aucune ruse pour nous tromper et le plus souvent, c'est au dépourvu qu'il nous prend. Ainsi, nous aurions tort de penser qu'il se présentera devant nous sous la forme d'un monstre avec des grosse cornes, en criant : “Je désire vous éloigner de D-ieu !” Cela est sans doute possible dans une bande dessinée pour enfants, mais dans la réalité, les choses sont plus subtiles.
 
En fait, le yetser hara' adore revêtir ses habits de Saint pour nous éloigner du chemin du rapprochement vers le Divin. Cela peut surprendre, mais si nous gardons en mémoire que le mauvais penchant est extrêmement doué à nous surprendre, nous en comprenons la raison. Quoi de plus inoffensif qu'un conseil bien intentionné ? Pourtant, nous devons toujours nous questionner et réfléchir à ce qu'on nous propose. La petite histoire suivante nous permet de mieux comprendre cela.
 
Des habits trompeurs
 
Depuis quelques temps, Daniel se sent différent. Sa perception de la vie a lentement changé et le “tout matériel” que les personnes recherchent sans cesse lui semble désormais un peu vain. Afin de répondre aux questions qu'il se pose, Daniel a commencé à suivre des cours de Tora. Ainsi, c'est tous les soirs qu'il se rend au Centre culturel juif de son quartier afin d'y écouter le rabbin conférencier.
 
Après quelques semaines, Daniel commence à comprendre un peu mieux le sens réel de la vie et le rôle que doit tenir chaque personne touchée par l'émouna (foi). De fait, Daniel est satisfait du parcours qu'il a fait en seulement un mois. Il ne se sent pas encore une personne entière nouvelle, mais il sent déjà en son fort intérieur une nouvelle envie, un nouveau désir : ceux inspirés par la Sainteté.
 
Pendant que Daniel apprécie sa trajectoire spirituelle, les forces du mal commencent à prévoir leur riposte. Jusqu'alors, Daniel était une proie tellement facile qu'elles le laissaient tranquille : il n'avait pas besoin d'elles pour vivre très éloigné du Divin. Pourtant, son réveil spirituel soudain mérite une riposte bien pensée. Du jour où il a commencé ses cours, le yetser hara' a commencé à réfléchir à l'heure de sa riposte et à la forme qu'elle prendra.
 
Après avoir pensé à plusieurs solutions, le mauvais penchant a choisi d'utiliser un complice involontaire pour mener sa tâche à terme. Le complice désigné possède tous les atouts pour passer inaperçu ; en vérité, ce complice a revêtu les habits du meilleur ami que peut avoir Daniel : son compagnon d'étude. Une fois sa cible déterminée, il n'a pas fallut beaucoup de temps au mauvais penchant pour passer à l'attaque.      
 
Cela a commencé un beau soir, lors d'une discussion animée à propos d'un passage de la Guémara. Daniel mettait toute son énergie à prouver à son compagnon d'étude qu'il avait raison d'interpréter la Guémara de sa façon ; pendant ce temps, celui-ci… écoutait sagement. Après un certain temps, Daniel ne put s'empêcher de demander à son ami : “David, que se passe-t-il ce soir ? Tu es différent ; où se trouve ton énergie habituelle à débattre et à défendre ton opinion ?”
 
À la fin du cours, tandis que les deux amis empruntaient leur chemin du retour, David se confia à Daniel : “Je n'ai pas trouvé le rabbin très bon ce soir. En fait, un de mes amis m'a conseillé de quitter ce cours car le rabbin n'est sans doute pas la meilleure personne au monde.”
 
Daniel n'en crut pas ses oreilles. Le rabbin qui avait allumé une étincelle nouvelle en son âme n'était peut être pas la meilleure personne au monde ? En une phrase, le yetser hara' venait de faire son entrée dans le cerveau de notre ami. Quelques heures plus tard – plus exactement, le lendemain – la décision de Daniel était prise : il arrêtait de se rendre aux cours. Son ami ne pouvait certainement pas se tromper !
 
Bien sûr, l'ami de Daniel se trompait : le rabbin était un homme merveilleux. Sans doute, David ne mettrait pas longtemps pour se rendre compte de son erreur. Sans qu'il le sache, le mauvais penchant s'était servi de lui… pour faire chuter Daniel. Le monstre à cornes n'est jamais venu frapper à la porte de Daniel ; plutôt, c'est son ami qui a joué un répertoire qu'il n'aurait jamais voulu jouer.
 
Cette histoire doit nous mettre sur notre garde : nous ne devons jamais diminuer notre vigilance. Les conseils – même les plus attentionnés – peuvent être l'œuvre des forces qui désirent nous faire tomber. Parfois, c'est de nous-mêmes que nous devons nous méfier : combien de confusions et de faux jugements sont à l'origine d'années perdues sur le chemin du rapprochement !
 
Afin de ne pas être la victime innocente du mauvais penchant, il ne faut être avare de prières. Le salut vient du Ciel et c'est de là-haut qu'un panneau “Stop” sera dressé devant les attaques du yetser hara' à notre égard.
 
Ensuite, il faut faire preuve d'une grande humilité et ne pas croire que notre intelligence, notre sagesse ou notre réflexion nous permettront de nous sauver du Satan. Plus nous croyons en nous, plus nous représentons une proie facile.
 
Enfin, nous devons nous renforcer constamment dans notre recherche de la vérité. C'est les yeux fixés au Ciel que nous pouvons espérer emprunter le chemin le plus droit. Rien ne doit nous arrêter dans notre volonté de nous rapprocher – un peu plus chaque jour – du sentiment exquis que nous faisons la volonté d'Hachem.
 
Bien sûr, dans cette démarche, un Rav est indispensable. Sa sagesse et son savoir sont des atouts précieux pour notre réussite. Pour trouver un Rav, nous devons également implorer le Maître du monde : le monde ne manque pas d'imposteurs.
 
         
Vous êtes cordialement invités à lire les billets du jour sur le blog de David-Yits'haq Trauttman à www.davidtrauttman.com/




New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par David-Yits'haq Trauttman
   Revenir à la page d'accueil de Une vie spirituelle




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
En un clin d’œil               L'épreuve de foi               En vol
 
 En un clin d’œil  L'épreuve de foi  En vol


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
  •  
     
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar