14 Iyar 5779 / dimanche 19 mai 2019 | Paracha : Bé'houqotaï
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Tou Bichevat     Pourim     Pessa’h     Jour de l’holocauste             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Les Trois Semaines  
 
AccueilFêtes et jeûnesLes Trois SemainesLe rabbin et l'apostat
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Le rabbin et l'apostat    

Le rabbin et l'apostat



Meïr comprit qu'il n'était venu que pour rencontrer le regard de l'apostat. C'était lui, qui avait soutenu l'accusation contre la Loi Orale défendue farouchement par rabbi Yehiel.

 



Au 13ième siècle, un rabbin allemand incarna si fort la passion de la liberté qu'il fut enfermé dans une forteresse d'Alsace.

Une journée ensoleillée de juin 1242. Commères, boutiquiers, garçons d'étuve, soldats, filles de plaisir, enfants pieds nus saluaient avec des cris l'apparition place de Grève de la procession des charrettes chargées de livres. Après avoir longé la Seine, les vingt-quatre charrettes étaient attendues par le bourreau en cagoule rouge, ses aides, le bûcher, l'archevêque de Paris et son chapitre et un cortège de seigneurs habillés de frais, épée au fourreau, prêts pour un imaginaire combat.

A la tête de la procession marchait, les yeux mi-clos, un frère franciscain.  “Je le reconnais, dit le tavernier du Poisson d'Or, c'est Nicolas Donin qui a obtenu du Roi Louis IX le brûlement des livres de Satan.”
 
 
 
(Représentation de Rabbi Meïr b. Baruch de Rothenbourg
 sur un détail du Recueil Rothschild, Italie v. 1470.
Jérusalem, Musée d'Israël.)
 
 
Le premier Chabath de mars 1240, alors que les juifs étaient reclus en leurs synagogues, le roi, sur dénonciation de Nicolas Donin, avait fait saisir les traités du Talmud avant d'en faire un procès jugé d'avance.

La foule s'amusait des moines et moinillons chantant des prières et entourant chevaux et charrettes. Enrobées dans leurs reliures de cuir noir, les pernicieuses paroles de la gente judaïque allaient devenir cendres et fumées.
 
Soudain, Nicolas Donin s'immobilisa. Là, au premier rang des badauds, un homme encore très jeune le fixait, pâle et la tête couverte. C'était Meïr ben Baroukh, né à Worms en 1215, un étudiant de Samuel ben Salomon de Falaise et de rabbi Yehiel ben Joseph, maître de cette yéchiva de Paris où lui-même se laissait enseigner le Talmud de Babylone. II n'était pas encore, en ce temps, Nicolas Donin, juif converti. Meïr comprit qu'il n'était venu que pour rencontrer le regard de l'apostat. C'était lui, Nicolas Donin, qui avait soutenu l'accusation contre la Loi Orale défendue farouchement par rabbi Yehiel et d'autres maîtres.

Le frère franciscain eut un moment d'hésitation, remua les lèvres et détourna la tête. Meïr sut que plus jamais Nicolas Donin n'oublierait ces badauds, ces rires, cette épaisse fumée s'élevant des livres à noire reliure et prônant la liberté et la justice pour chaque homme. Plus jamais.
 
Lorsque quarante ans plus tard, Nicolas Donin fut chassé pour hérésie de l'ordre des Franciscains, il rêva pendant des nuits des flammes de la place de Grève, des flammes blanches et noires à formes d'anges et de dragons.
 
Meïr ben Baroukh, dès qu'il fut rentré du brûlement, écrivit une élégie, Chaali seroufa ba-ech : "Intercédez, ô vous, consumés par le feu, pour la vie de ceux qui portent votre deuil...". L'élégie figurera dans le rituel du 9 Av, Tich'a be-Av.
 
Reproduit avec l'aimable autorisation de “Judaïsme d'Alsace et de Lorraine.”




New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par Henri Smolarski
   Revenir à la page d'accueil de Les Trois Semaines




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Napoléon et Tich'a be-Av               La petite voix               La vraie construction commence dans le cœur
 
 Napoléon et Tich'a be-Av  La petite voix  La vraie construction commence dans le cœur


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
     
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar