13 Tamouz 5779 / mardi 16 juillet 2019 | Paracha : Pin'has
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Tou Bichevat     Pourim     Pessa’h     Jour de l’holocauste             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Pessa'h  
 
AccueilFêtes et jeûnesPessa'hAcquérir une foi parfaite a Pessah'
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Acquérir une foi parfaite a Pessah'    

Acquérir une foi parfaite a Pessah'



Comment exiger d’un juif de se sentir à présent libre comme s’il était sorti d’Egypte, alors qu’il n’y a jamais été asservi ?

 



Dans la prière de la fête (plus précisément dans la ‘amida), on dit : « Dans Ton amour, Hachem notre D., Tu nous as donné des époques consacrées à la joie, des fêtes solennelles consacrées à l’allégresse, cette fête de Pessa’h, époque de notre délivrance, que Tu as déclarée sainte et solennelle en mémoire de la sortie d’Egypte. »

Ces propos semblent comporter des contradictions : Au début nous déclarons « cette fête de Pâque, époque de notre délivrance » comme pour remercier D. de la liberté qui est la nôtre aujourd’hui, mais nous poursuivons en disant « en mémoire de la sortie d’Egypte », ce qui signifierait que toute la fête de Pessa’h n’est qu’un souvenir de la délivrance de nos ancêtres, et non un souvenir de la liberté. De plus, nos Sages ont déclaré que chacun doit se considérer comme étant lui-même sorti d’Egypte. Ceci est apparemment difficile à comprendre : comment exiger d’un juif de se sentir à présent libre comme s’il était sorti d’Egypte, alors qu’il n’y a jamais été asservi ?

Tentons d’expliquer cela : le seul moyen d’acquérir une foi stable, d’atteindre ce niveau élevé qui permet de ressentir que si D. n’avait pas libéré nos pères d’Egypte, nous et nos enfants y serions encore les esclaves de Par’o, est de prier abondamment. De même, il nous incombe d’inculquer à nos enfants une foi solide dès leur plus jeune âge. Il faut donc, cette nuit-là, raconter longuement le récit de la sortie d’Egypte, afin d’enraciner dans le cœur des enfants une foi sincère en D., dépourvue de doutes.

Alors que je rédigeais cet article le lendemain de la fête, mon jeune fils m’a demandé : « Pourquoi à Pessa’h nous ne mangeons que de la matsa, alors que durant le reste de l’année, le ‘hamets et la matsa sont autorisés ? » et je lui ai répondu : « Tu m’as déjà posé cette question le soir du séder en chantant ‘en quoi cette nuit-là est-elle différente des autres nuits ? (Ma nichtana halayla hazé mikol haleilot)’ et je t’ai donné la réponse ! » Mais il a répliqué : « Les réponses que tu m’as données n’étaient pas suffisantes », et j’ai donc commencé à le lui expliquer de nouveau.

Finalement, le voyant toujours sceptique j’ai déclaré : « C’est ainsi que D. a ordonné. » Il m’a alors lancé : « C’est ce que tu affirmes à chaque fois que tu n’as pas de réponse à mes questions. » J’ai souri et répondu : « Tu as raison. Laisse-moi le temps de consulter des livres et je te donnerai une réponse. »

Ainsi, si nous laissons un enfant se développer avec des doutes, que D. préserve, il grandira certainement avec ces doutes-là, et peut-être même davantage, et ne ressentira plus les miracles et les choses extraordinaires que D. a réalisés pour nos pères en les faisant sortir d’Egypte. Puis lorsqu’il atteindra l’âge de se marier et de fonder un foyer et qu’il célèbrera le séder chez lui avec sa famille, il lira la haggadah comme une histoire, sans éprouver intérieurement que sans Hachem qui, dans Sa miséricorde, avait délivré nos pères d’Egypte, lui-même y serait encore assujetti.

Méditer et nous lier au passé, à l’époque où les bnei Israël étaient opprimés en Egypte et où ils y ont terriblement souffert, éprouver leur douleur, prendre la mesure des miracles et prodiges réalisés en leur faveur ainsi que des grandes plaies qui ont frappé les Egyptiens et nous réjouir pour nos ancêtres nous permet de ressentir nous-mêmes le passage à cette liberté. Mais si nous ne sommes pas affligés par la détresse de nos pères, ni réjouis par leur délivrance, il nous est impossible de reconnaître le miracle qui a été fait pour eux et pour nous-mêmes et nous n’éprouvons aucun sentiment de liberté.

C’est précisément pour cela que la fête de Pessa’h est la véritable époque de notre délivrance, puisque sans l’affranchissement de nos ancêtres en Egypte, obtenu avec de grands et redoutables prodiges, nous ne serions pas libres aujourd’hui. En effet, lorsque D. a réalisé ce miracle pour nos pères, Il a fait en sorte que son impact et les forces de sainteté qu’il a attirées sur terre se prolongent jusqu’aux générations suivantes et que celles-ci reçoivent l’immense et infinie lumière de la sainteté de la première fête et des miracles qui s’y sont produits. En nous éveillant avec une grande joie au service de Hachem, nous ressentons, sans aucun doute, la même joie de la liberté que celle de nos ancêtres lors de la sortie d’Egypte.

Pour illustrer cette idée, voici une histoire qui m’est arrivée : le lendemain de Pessa’h, pendant le repas, j’ai remarqué qu’un des invités qui était à ma table semblait pensif. Je l’ai interpellé : « Tsion, pourquoi êtes-vous soucieux ? C’est aujourd’hui le lendemain de la fête (issrou ‘hag), il faut donc se réjouir ! J’ai pourtant expliqué hier que nous devons prolonger la sainteté de la fête de Pessa’h, qui veut dire « enjamber », se soustraire à tous les problèmes et avoir confiance uniquement en D. ! Avez-vous oublié que Pessa’h est une allusion à l’adhésion à Hachem, à l’attachement rétroactif au passé au point de ressentir la souffrance ainsi que la joie de nos ancêtres asservis en Egypte puis libérés, que c’est un Pessa’h pour Hachem, quand Il les a fait sortir d’Egypte, et que sans cela, vous y auriez encore été esclave ? Avez-vous oublié que Pessa’h représente l’attachement aux mitsvot, elles-mêmes comparées aux matsot qui sont dures : il n’est donc pas facile de les respecter correctement et il nous incombe de fournir des efforts pour les accomplir, en étant soumis à la volonté de D. ! Pour quelle raison consomme-t-on de la matsa pendant sept jours ? En parallèle aux soixante-dix années de la vie d’un homme durant lesquelles nous devons nous fatiguer dans le service de Hachem sans recevoir de récompense dans ce monde-ci, car le salaire d’une mitsva ne vient pas dans ce monde. »

Alors Tsion m’a répondu : « C’est exactement pour cela que je suis inquiet. La grande élévation d’âme que j’ai éprouvée durant la fête de Pessa’h me manque à présent et je ressens une petite faiblesse. »

En entendant cela, j’ai déclaré : « C’est l’œuvre du Satan, qui veut introduire en vous le désespoir « par amour du Ciel » ! Ce découragement entache de doutes votre foi en D., vous fait tomber entre les mains du Satan, et vous perdez ainsi toute la confiance acquise durant la fête et voyez votre bénéfice détruit par cette tristesse. D. sait que la sainteté de Pessa’h est grande et sa lumière puissante au point de causer une certaine chute en nous lorsqu’elle prend fin. Il nous a alors donné, juste après la fête, la mitsva de compter le ‘omer afin de faire durer le lien avec Lui de Pessa’h à Chavouot, temps du don de la Torah, qui était le but de la sortie d’Egypte. C’est pourquoi Hachem nous a demandé de continuer à ressentir la lumière de la fête à travers le compte du ‘omer jusqu’à Chavouot, qui est le moment du don de notre Torah. Ainsi, à travers celle-ci, nous pourrons atteindre par nos propres forces l’objectif de notre création : comment accomplir la volonté de D. »





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le Rav David Hanania Pinto
   Revenir à la page d'accueil de Pessa'h




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Une nouvelle liberté               Véhigad’ta : La Mitsva principale               On surfe et on nettoie
 
 Une nouvelle liberté  Véhigad’ta : La Mitsva principale  On surfe et on nettoie


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
     
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
     
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar