21 Iyar 5779 / dimanche 26 mai 2019 | Paracha : Bamidbar
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Tou Bichevat     Pourim     Pessa’h     Jour de l’holocauste             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Pessa'h  
 
AccueilFêtes et jeûnesPessa'hVéhigad’ta : La Mitsva principale
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Véhigad’ta : La Mitsva principale    

Véhigad’ta : La Mitsva principale



Après tout le nettoyage, les courses, la préparation de la matsa, la cuisine et la logistique pré-Seder...

 



Nissan est un mois si exaltant. C'est le mois qui est particulièrement propice au renforcement de la Emouna. Le « Chem MiShmuel » de Suchatchov, écrit que pendant le mois de Nissan, le Trésor Céleste est grand ouvert et n'importe qui peut saisir ce qu'il ou elle veut...

Le mois de Nissan est un mois exaltant, et la nuit du Seder de Pessah’ est l'apogée du mois de Nissan. Tout comme une personne aurait besoin de beaucoup de préparation physique pour grimper un sommet extrêmement élevé comme le mont Everest, il faut une préparation spéciale pour le sommet spirituel connu sous le nom de nuit du Seder.

Après tout le nettoyage, les courses, la préparation de la matsa, la cuisine et la logistique pré-Seder, les gens oublient souvent la préparation la plus importante, la préparation spirituelle ! De quoi parle le Seder ? C'est l'une des 613 mitsvoth de la Torah, Véhigad’ta lébinh’a – « Et tu le diras à tes enfants ». Ce n'est pas une ancienne coutume ou un simple rituel - c'est un commandement de la Torah ! Pourtant, les gens passent tellement de temps à faire des courses et à chasser les particules de poussière qu'ils négligent la mitsva principale - se préparer à raconter à leurs enfants notre exode de l'esclavage à la liberté.

Pensez-vous que les enfants modernes se soucient vraiment de ce qui s'est passé il y a 3330 ans ? Vous devez rendre la Haggadah vivante et leur montrer que tout ce qui s'y rapporte s'applique à nous, à ce jour même ! Vous ne serez pas capable de le faire à moins de réserver du temps pour apprendre la Haggadah.

Oh, vous pensez que ça suffit, que vous ayez déjà appris la Haggadah les années précédentes ? Ça ne marche pas. Pour qu’elle sorte de notre cœur et pénètre le cœur de nos enfants, la Haggadah doit être fraîche dans nos esprits. Asseyez-vous et étudiez-la. Si vous le pouvez, apprenez aussi un commentaire  de la Haggadah que vous n'avez jamais appris jusque-là ; cela rendra la Haggadah vivante et fraîche pour vous, et ceci afin que vous puissiez rendre la table et l'histoire de Pessah’ vivantes et fraîches pour vos enfants.

Il y a un autre avantage à étudier la Haggadah. La Haggadah est le livre de la Emouna ; plus vous l'étudierez, plus vous acquerrez et renforcerez votre Emouna.

N'oubliez pas que pour une table et une nuit du Seder réussies, il faut prier. Ne soyez pas stupide ; ne perdez pas de temps sur des efforts inconséquents. Nos sages disent que le sage a des yeux dans la tête. Prévoyez du temps - à tout prix - pour la prière personnelle. Ne perdez pas votre temps ! Le mauvais penchant veut que vous soyez nerveux : ai-je suffisamment nettoyé ? Peut-être que j'ai oublié quelques miettes quelque part ? Ne le laissez pas vous rendre fou. Une fois que vous dites kol chamira et que vous annulez tous les aliments sans levain – fini ! Halachiquement, vous êtes quitte. Maintenant, avancez.

L'important est que la lumière de la Emouna reflétée par la Haggadah et par toutes les merveilleuses mitsvotes de Pessa'h et du mois de Nissan, illumine nos cœurs dans la mesure où nos cœurs sont capables d'illuminer le cœur des autres. Nous connaissons tous l'importance des invités à la table de Pessah’, partageant notre nourriture avec les moins fortunés. S'il en est ainsi, nous devons certainement partager notre Emouna - la nourriture principale de l'âme - avec tous ceux qui ont faim spirituellement. En vertu de Pessah’ et de ses mitsvoth, puissions-nous tous mériter de répandre la lumière de la Emouna à travers le monde, Amen !
Bonnes fêtes de Pessah’ !





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le Rav Shalom Arush
   Revenir à la page d'accueil de Pessa'h




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Un simple soir de Pâques !               Une nouvelle liberté               Le budget familial avant Pessah’
 
 Un simple soir de Pâques !  Une nouvelle liberté  Le budget familial avant Pessah’


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
     
  •  
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar