2 Téveth 5782 / lundi 6 décembre 2021 | Paracha : Vayigach
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Tou Bichevat     Pourim     Pessa’h     Jour de l’holocauste             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Yom Kipour  
 
AccueilFêtes et jeûnesYom KipourLa prière de la Neïla à Yom Kippour
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

La prière de la Neïla à Yom Kippour    

La prière de la Neïla à Yom Kippour



Au cours de ces dix jours incroyables, nous sommes devenus si proches ! C'est pourquoi je tiens à vous accorder une audience privée. Alors s'il vous plaît, entrez...

 




La Neïla est la cinquième et dernière prière de Yom Kippour. En un jour ordinaire, nous prions trois fois : le soir, le matin et l’après-midi. Le samedi, les jours fériés et Roch Hodech, nous avons une quatrième prière supplémentaire, moussaf. Il n’y a qu’à Yom Kippour que nous avons une cinquième prière. 

Neïla signifie « verrouillage » et indique donc la fin des dix jours de pénitence. Le fait que la porte soit verrouillée devant nous est une image discordante, destinée à nous motiver à intensifier nos prières avant qu'il ne soit trop tard. Un des hassidim de Rabbi Nah’man a enseigné une image plus douce de la fermeture des portes. C'est comme si D.ieu disait à chaque individu : En ces jours incroyables, nous sommes devenus si proches, c'est pourquoi je tiens à vous accorder une audience privée. Alors s'il vous plaît entrez et fermez la porte derrière vous. En d'autres termes, nous sommes à l'intérieur de la porte, pas à l'extérieur ! Il y a une allusion subtile et paradoxale à cela du fait que l'arche est en fait maintenue ouverte tout au long de la prière, un autre aspect unique de la Neïla.

L'image d’être à l'intérieur symbolise en réalité la nature même de la Neïla. On nous enseigne qu'il existe cinq niveaux d'âme : le nefech, l'âme « animale »; le rouah’, l'aspect émotionnel de l'homme ; la néchama, la composante intellectuelle ; la h’aya, le pont entre l'âme consciente et subconsciente ; et la yeh’idah, le lieu où l'âme humaine s'unit à son origine divine.

La yeh’idah, le cinquième et plus haut niveau de l'âme, se manifeste par une foi pure, une dévotion sincère et complète et la volonté de tout sacrifier pour D.ieu. La Neïla active cet aspect le plus élevé de l'homme. C'est le moment décisif et déterminant où nous rassemblons une dernière fois toutes nos forces intérieures pour exprimer les aspirations les plus profondes de notre être devant notre Créateur.

Yom Kippour, qui signifie littéralement le jour des expiations, est explicitement mentionné pour la première fois dans le Lévitique. Tout au long de sa description dans la Torah, l'idée d'expiation se répète continuellement, se terminant par les mots : « Et ce sera un statut perpétuel pour vous de faire l'expiation pour les enfants d'Israël de tous leurs pêchés, une fois par an. »

Avec une description détaillée du service du Grand Prêtre dans le Temple en ce jour saint, la Torah nous ordonne d '« affliger » nos âmes. La tradition orale explique qu’ « affliger » l'âme signifie ne pas manger ni boire, ne pas oindre la peau d'huile, ne pas porter de chaussures en cuir et ne pas s'engager dans des relations conjugales. S'abstenir de ces cinq actions physiques nous sépare des besoins du corps et au lieu de cela, nous nous concentrons uniquement sur l'âme et les questions spirituelles.

Bien que le jour même ne soit pas mentionné dans la Torah écrite, il est expliqué dans la tradition orale que Moché (Moïse) est descendu du mont Sinaï avec les deuxièmes tables contenant les dix commandements, le jour de Yom Kippour. Cela symbolisait le pardon de D.ieu au peuple juif après le terrible pêché du veau d'or, qui avait amené Moché à casser les premières tables. Par conséquent, le premier Yom Kippour dans le désert, qui a précédé les lois données dans Vayikra, a été un jour de grande joie, de pardon et d’expiation. Cette énergie est imprimée sur tous les Yom Kippour ultérieurs.

L'adoration du veau d'or représente la perversion ultime de la physicalité, tandis que « l'affliction » de l'âme rectifie cette mauvaise utilisation du monde matériel. Bien qu'aujourd'hui nous « affligions » nos âmes, c'est finalement un jour de grande joie, car quoi de meilleur que de recevoir le pardon, l'expiation et la chance de recommencer à zéro ?





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le Rav Shalom Arush
   Revenir à la page d'accueil de Yom Kipour




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Yom Kipour : la plus belle fête               Une nouvelle chance               Prier pour notre vie
 
 Yom Kipour : la plus belle fête  Une nouvelle chance  Prier pour notre vie


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
  •  
  •  
     
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar