29 Kislev 5782 / vendredi 3 décembre 2021 | Paracha : Miqetz
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Tou Bichevat     Pourim     Pessa’h     Jour de l’holocauste             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Les Trois Semaines  
 
AccueilFêtes et jeûnesLes Trois SemainesLe faux messie
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Le faux messie    

Le faux messie



A tout moment la guerre peut éclater. Personne ne sait ce qui va se passer, mais les armes de l'ennemi sont pointées dans notre direction...

 



A tout moment la guerre peut éclater. Personne ne sait ce qui va se passer, mais les armes de l'ennemi sont pointées dans notre direction.

 

Rabbi Akiva a cru que guerrier et commandant intrépide Bar Kochba était le Messie, il était capable d'attraper avec sa main une énorme pierre que les Romains avaient lancée avec la catapulte et la rejeter chez les Romains. Il a également pu déraciner un cèdre à mains nues en chevauchant, et sa révolte contre les Romains et avait temporairement libérée toute la Galilée et Jérusalem. Cependant, le sage contemporain de Rabbi Akiva, Rabbi Yochanan ben Torta, n'était pas d'accord et a dit : « Akiva ! L'herbe va pousser sur toi et le fils de David ne sera pas encore là ! ».

 

D'autres grands rabbins étaient d'accord avec Rabbi Yochanan ben Torta. Le saint Rabbi Yehuda HaNasi, alias « Rebi », a dit à son élève Rabi Yochanan de ne plus l'appeler Bar Kochba mais « Bar Koziva », qui signifie « fils du mensonge », car en vérité il était un faux messie dont les mauvaises actions ont conduit à un des pires catastrophes de toute l'histoire juive, la chute de Betar et la mort de millions de Juifs en 135.

 

Comment les rabbins ont-ils su que Bar Kochba était un faux messie ?

 

En fait sa force prodigieuse lui est montée à la tête et, aveuglé par sa propre arrogance, il a blasphémé contre HaChem, D.ieu nous en préserve. Car avant d'aller  au combat, il disait: «HaChem  N'intervenez pas ! Je ne veux ni de votre aide ou de votre empêchement ». Cependant, ce n'était pas là le péché qui conduit à la chute de la ville de Betar. Existe-t-il quelque chose de pire ?

Bar Koziva a cru aux mensonges d'un espion romain, qui  a médit contre le guide spirituel de Betar et qui était aussi le propre oncle de Bar Kochva : le rabbin Elazar HaModai.

 

Le Second Temple avait été détruit environ soixante-cinq ans plus tôt, mais malgré la persécution romaine, la vie juive dans l'ancien Israël prospérait toujours. Selon la Guemara du traité de Taanit, au moins quatre millions de personnes vivaient dans l'ancienne ville de Betar, qui était l'une des principales métropoles au sud de Jérusalem Gemara il y a une autre opinion qui affirme qu'il y avait 40 millions d'habitants à Betar. Quoi qu'il en soit, il y avait au moins un quart de million d'enfants d'âge scolaire.

Croire la médisance a causé la chute de Betar et de ses millions d'habitants juifs. Ainsi rapporte le Midrash:

Pendant trois ans et demi, l'empereur Hadrien assiégea Betar. Dans la ville se trouvait le rabbin Elazar de Modiín, qui portait le silice et jeûnait toute la semaine, d'un Shabbat à l'autre. Il priait -une fois par jour- pour qu'HaShem ne livre pas Betar aux mains de ses ennemis,: "Maître de l'Univers, ne vous sortez pas aujourd'hui pour juger !" Les prières du rabbin Elazar ont maintenu Betar debout pendant si longtemps qu'Hadrien a presque perdu courage et est retourné à Rome.

 

Un Saducéen est allé voir l'empereur Hadrien et dit : « Mon Seigneur, tant que ce vieux coq se vautre dans les cendres, vous ne pourrez pas conquérir la ville. Mais je vais faire quelque chose qui permettra de la conquérir."

 

Cet homme pénétra , dans Betar par un égout et arriva à la synagogue locale, où il a trouvé Rabbi Elazar  plongé totalement dans la prière, au point qu'il ne s'est même pas rendu compte qu'il y avait quelqu'un à côté de lui. L'espion fit semblant de chuchoter un secret à l'oreille du rabbin Elazar. Les personnes présentes coururent raconter l'histoire à Bar Koziva : « Votre oncle, le rabbin Elazar, agit exactement comme ses maîtres, qui voulaient apaiser les Romains ; ce qu'il veut vraiment, c'est remettre la ville à Adrien ».

 

Bar Koziva, furieux, envoya chercher l'espion  et lui demanda : « Qu'as-tu dit à mon oncle ?

 

L'espion, qui haïssait les Juifs, répondit : « Si je vous le dis, l'empereur va me tuer. Je ferais mieux de me suicider et de ne pas divulguer les secrets du gouvernement. »

 

Bar Koziva détestait les rabbins ; C'est pourquoi il lui était si facile de croire l'espion . Il envoya donc des soldats pour lui amener Rabbi Elazar., Bar Koziva lui demanda : « Que t'a dit l'espion

 

Rabbi Elazar répondit : "Je ne sais pas je n'ai rien entendu, car je priais je n'ai aucune idée de ce qu'il a dit"

 

Bar Koziva était furieux et a donné un coup de pied au faible rabbi, le tuant sur le coup. A ce moment, un écho céleste se fit entendre proclamant : « Tu as paralysé le bras d'Israël C'était une référence au rabbin Elazar HaModai, dont le mérite permit à  Betar d'exister. Désormais, Betar et Bar Koziva n'avaient plus la protection des prières du saint rabbi. Le sort de la ville était scellé. Le même jour, leur chef a été décapité : c'était Tisha BeAv en 135 EC, le jour tragique de la chute de Betar, lorsque des millions d'innocents ont été tués.

 

Pourquoi la justice est-elle venue si vite ? Parce que Bar Koziva a commis le crime horrible de croire aux mauvaises langues. Au lieu de croire au tsadik de cette génération, qui était aussi son propre oncle, le faux messie a préféré croire en un espion antisémite. Un péché en a entraîné un autre et il a tué son oncle d'un coup de pied féroce.

 

Aujourd'hui, en Israël, nous avons des ennemis très féroces autour. A tout moment, la guerre peut éclater. Personne ne sait ce qui va se passer, mais les armes de l'ennemi sont pointées dans notre direction. Nos Sages enseignent que la meilleure façon de protéger nos familles et nous-mêmes est de prendre bien soin de ce que nous disons ; Ce n'est pas une question de « pitié » mais une question de survie. D ieu nous aide, amen !





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le rabbin Lazer Brody
   Revenir à la page d'accueil de Les Trois Semaines




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Pourquoi encore un 9 Av ?               Une tristesse annonciatrice de joie               Ticha be Av, pourquoi ?
 
 Pourquoi encore un 9 Av ?  Une tristesse annonciatrice de joie  Ticha be Av, pourquoi ?


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
  •  
     
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar