21 Tamouz 5779 / mercredi 24 juillet 2019 | Paracha : Matoth
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
                
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Halakha (loi juive)  
 
AccueilHalakha (loi juive)Halakha (loi juive)L'obligation de manger pendant Chabbat
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

L'obligation de manger pendant Chabbat    

L'obligation de manger pendant Chabbat



Quelles sont les lois du grand merite que D-ieu nous a donner en faisant des Mitsvots rien qu'en mangeant pendant Chabbat ?...

 



Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (118b) :

« Chacun est soumis à l’obligation de consommer 3 repas pendant Chabbat. »

Ce Din est fondé à partir d’un verset tiré de la Torah, au sujet de la Man.

En effet, les Bné Israël constatèrent le jour de Chabbat que la Man était descendue vendredi en double part, et ils en demandèrent la raison à Moshé Rabbénou. Moshé Rabbénou leur répondit : « Mangez cette 2ème part aujourd’hui (Chabbat), car aujourd’hui c’est Chabbat pour Hashem. Aujourd’hui, vous ne la trouverez pas dans le champ. » (Shemot 16-25, Parasha Beshala’h).
Nous constatons que dans ce verset, le terme « Aujourd’hui » est employé 3 fois, et c’est sur cette répétition que la Guémara fonde l’obligation de consommer 3 repas pendant Chabbat.

De cette source, nous apprenons que le fait de consommer les 3 repas de Chabbat, est une totale obligation selon le Din.
Telle est l’opinion de notre maître le Rambam (Lois de Chabbat, chap.30 Hala’ha 9 , et voici ses propos :
« Chacun a l’obligation de consommer 3 repas pendant Chabbat : 1 le vendredi soir ; 1 le Chabbat matin ; et 1 le Chabbat après-midi. Il faut être vigilant à accomplir ces 3 repas sans en diminuer 1 seul. Même un nécessiteux qui vit de la tsédaka, a le devoir de consommer ces 3 repas ».

N.D.T S’il a de quoi faire au moins 2 repas, il n’est pas tenu d’emprunter pour le 3ème repas, mais s’il n’a même pas de quoi faire les 2 premiers repas, il doit emprunter pour les 3.
C’est ainsi que tranche également MARAN dans le Shoul’han Aroukh (Ora’h ‘Haïm chap.291 parag.1), et voici ses termes :

« On doit être très vigilant à accomplir (le 3ème repas de Chabbat), et même si l’on est encore rassasié, on peut tout de même l’accomplir avec une simple quantité de Kabetsa (54 g) de pain. Toutefois, s’il est impossible de manger (lorsqu’on n’est pas du tout disposé à consommer un repas accompagné de pain dans l’après-midi, en raison du fait que l’on est encore rassasié du repas de midi), dans ce cas, on n’est pas tenu de se forcer à manger. (Puisque la Mitswa de faire 3 repas est donnée pour le Oneg - le plaisir, et non pas pour le tsaar - la souffrance).Cependant, l’homme sage veillera à ne pas se « gaver » lors du repas de midi, afin de laisser de la place pour la Sé’ouda Shlishit. »

Et dans le paragraphe 6 du même chapitre, MARAN ajoute :

« Les femmes sont soumises à l’obligation de Sé’ouda Shlishit »

Le Maguen Avraham explique qu’il n’y a aucune différence entre un homme et une femme dans tout ce qui concerne Chabbat.

Dans le livre YALKOUT YOSSEF – CHABBAT il est écrit que si l’on ne peut pas manger une quantité de Kabetsa (54 g) de pain (comme c’est souvent le cas pendant les Chabbatot d’hiver où les journées sont courtes), mais que l’on peut en consommer au moins Kazaït (27g), dans ce cas, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF shalita enseigne que l’on mange au moins Kazaït (27 g) de pain, puisque par ce fait, nous nous acquittons du devoir de Sé’ouda Shlishit. Effectivement, la quantité de Kabetsa (54 g) de pain, est le Din « LE’HATE’HILA » (à priori), mais « BEDIAVAD » (à posteriori), la quantité de Kazaït (27 g) est suffisante.
Si une personne ne peut pas consommer la quantité de Kazaït (27 g) de pain, elle doit consommer au moins la quantité de Kazaït (27 g) de pâtisserie, puisque même par cela, nous nous acquittons de notre devoir de consommer la Sé’ouda Shlishit.

Si une personne ne peut pas non plus consommer une quantité de Kazaït (27 g) de pâtisserie, elle doit consommer au moins la quantité
de Kazaït (27 g) de fruits ou de légumes.


Cependant, la personne qui a faim, et qui est disposée à consommer un repas accompagné de pain, a de façon certaine, l’obligation de consommer du pain pour Sé’ouda Shlishit, conformément à la décision Hala’hic du Rambam et de MARAN, mentionnée plus haut.
 





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le site Hevrat Pinto
   Revenir à la page d'accueil de Halakha (loi juive)




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
     
  •  
  •  
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar