17 'Hechvan 5782 / samedi 23 octobre 2021 | Paracha : Vayéra
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Rav David Hanania Pinto     Rav Éliyahou Haviv     Ba’al Chem Tov     Rav Shmuel Stern             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Paracha de la semaine  
 
AccueilParachaParacha de la semaineLe serpent - Ki Tavo
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Le serpent - Ki Tavo    

Le serpent - Ki Tavo



La lecture de cette semaine coïncide généralement avec la fin de l'année juive. À Roch Hachana, nous nous bénissons mutuellement en disant : « Que les malédictions de l'année dernière se terminent et

 



 

La lecture de cette semaine coïncide généralement avec la fin de l'année juive. À Roch Hachana, nous nous bénissons mutuellement en disant : « Que les malédictions de l'année dernière se terminent et puissions-nous commencer la nouvelle avec des bénédictions. L'origine de cette bénédiction est que la lecture de Ki Tavo raconte les malédictions et les calamités qui s'abattront sur le peuple juif si nous ne suivons pas les paroles de HaChem.

 

Nous savons tous très bien à quel point ces paroles ont été remplies au cours de notre long séjour dans l'histoire. En particulier, ces horreurs ont été perpétrées il y a tout juste  soixante-dix ans par les nazis sanglants, dont la cruauté et le sadisme n'avaient pas de limites. Cependant, au milieu de ce cauchemar, de nombreux Juifs ont maintenu leur lien avec HaChem et sa Torah. L'un de ces héros notables était le rabbin Kalonimus Kalman Chapira, qui a dirigé sa congrégation dans le ghetto de Varsovie dans les conditions les plus horribles que l'on puisse imaginer. Alors qu'il était dans le ghetto, le rac a écrit ses réflexions sur la lecture hebdomadaire de la Torah, les a enterrées, et elles ont miraculeusement découvertes dans les décombres du ghetto après la guerre. Ils ont été publiés et à ce jour, ils restent un témoignage remarquable de l'éternité de notre peuple de son lien et de son amour pour la Torah. Ses réflexions, écrites dans la gueule du dragon, parlent de sa lumière personnelle dans l'obscurité.

 

Le Talmud dit quelque chose de difficile à comprendre : « Malheur à nous que le serpent ait été maudit au temps d'Adam et Eve. Car si elle n'avait pas été maudite, chacun de nous aurait eu deux serpents à son service, apportant des bijoux précieux et des diamants de partout. » Que signifie cette déclaration ? Pourquoi est-ce le serpent qui nous aurait apporté de tels cadeaux ? D'autres animaux n'auraient-ils pas pu faire de même ?

 

Le Talmud de Jérusalem raconte un dialogue entre le serpent et d'autres membres du règne animal. Le lion demande au serpent dans quel but il mord les autres. Le lion explique que ses propres motivations sont de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, mais accuse le serpent de tuer sans raison apparente. Le serpent répond qu'il a aussi une raison, bien que moins directe. Il dit qu'il est simplement un agent d'HaChem et qu'il mord quiconque Hachem a décrété qu'il doit être mordu.

 

Cette histoire a également besoin d'être clarifiée. Que signifie ce dialogue ? Qu'est-ce que nos Sages essaient de nous enseigner ?

 

Rabbi Shapira explique qu'il existe deux types d'êtres nuisibles dans ce monde. L'un qui est naturel et l'autre qui n'est pas naturel. Il est naturel qu'un lion tue pour se nourrir. C'est quelque chose que nous attendons des animaux et pourrait même être compris par rapport aux personnes qui tuent pour se protéger ou même pour conquérir les autres. Mais il existe un deuxième type de dommage qui n'est pas rationnel, l'abattage effectué par le serpent qui n'a pas de bénéfice particulier. Cela correspond aux nations qui tuent et détruisent sans aucun bénéfice direct. Les nazis étaient les serpents de l'histoire récente. Ils ont tué et mutilé, comme le serpent, sans aucun bénéfice tangible. Leur fureur n'était pas naturelle et ils ont reçu la permission d'enfoncer leurs crocs dans des millions d'hommes, de femmes et d'enfants. Et d'une certaine manière, ce qu'ils ont fait pourrait être qualifié de surnaturel.

 

(Entre parenthèses, j'ai voyagé de nombreuses fois en Pologne pour voir les camps de concentration. Il n'y a rien de naturel à ce qu'on y voit).

 

Pour comprendre notre citation d'ouverture, nous devons garder à l'esprit qu'une telle destruction impitoyable est, d'une certaine manière, hors nature car elle défie toutes les lois de la nature et de la logique. Le serpent était une créature qui n'était pas nécessairement destinée au mal. En fait, cela aurait peut-être été le signe avant-coureur de la bonté, voire des miracles. Si le serpent n'avait pas été maudit, il aurait été une créature surnaturelle dédiée au service de l'homme, mais au lieu de cela, il est devenu le symbole d'une destruction contre nature et gratuite.

 

Ici, Rabbi Shapira dit quelque chose d'incroyable. Il dit que les nazis étaient engagés dans une idéologie contre nature et "miraculeusement maléfique". Mais si les Juifs avaient prié et se sont tournés vers HaChem, ces mêmes qualités miraculeuses pourraient avoir une expression positive. Si le peuple juif n'est pas renforcé, il sera témoin des malédictions mentionnées dans les lectures de cette semaine. A l'inverse, un changement d'attitude et d'action de notre part amène le même serpent maudit à nous apporter des bijoux et des diamants. En utilisant ce qui semble être deux métaphores étranges, les Sages nous enseignent la nature du mal et sa capacité à devenir une bénédiction. Il y a soixante-dix ans, nous avons vu le mal personnifié et, malheureusement, en ce moment même, nous voyons des nations qui, avec vengeance, continuent d'essayer d'injecter leur poison dans le peuple juif. En réalité, Nous pouvons aussi nous inspirer des idées de Rabbi Chapira. Même en ces temps démoniaques, il a vu la possibilité que la source même des "miracles" du mal puisse devenir le potentiel des miracles de bénédiction. Puissions-nous avoir le mérite de voir que les personnes mêmes qui manifestent une haine contre nature envers le peuple juif deviennent très vite la source d'une bénédiction inimaginable

 

 

 





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le rabbin David Charlop
   Revenir à la page d'accueil de Paracha de la semaine




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Elever notre passé               Mikets : le mariage parfait               Parachat H’ayé Sarah - Restez jeune
 
 Elever notre passé  Mikets : le mariage parfait  Parachat H’ayé Sarah - Restez jeune


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
  •  
  •  
     
  •  
  •  
     
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar