17 Tamouz 5779 / samedi 20 juillet 2019 | Paracha : Pin'has
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Rav David Hanania Pinto     Rav Éliyahou Haviv     Ba’al Chem Tov     Rav Shmuel Stern             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Rabbi Nathan sur la paracha  
 
AccueilParachaRabbi Nathan sur la parachaNotre discours saint
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Notre discours saint    

Notre discours saint



Les paroles saintes sont celles qui sont dites entre une personne et son Créateur ; entre une personne et son ami lorsqu'il lui parle de la crainte du Ciel et entre une personne et un Tsadiq.

 



 

Pin'has, fils d'Eléazar, fils d'Aaron, le pontife, a détourné Ma colère de dessus les enfants d'Israël.” (Bamidbar 25:11)

En prenant Kozbi, la femme madianite, aux yeux de l'ensemble du peuple juif, Zimri – prince de la tribu de Chim'on – fut coupable du p'gam habrith (transgression sexuelle). D'autre part, Pin'has obtint le sacerdoce par le mérite de son zèle pour Hachem dans cet incident.
 
Grâce à Pin'has, le concept de “tiqoun habrith” (“réparation d'une transgression sexuelle”) fut amené dans le monde. En échange, il reçut le sacerdoce, ce qui correspond à “l'amour saint qui réside à côté du point”, c'est-à-dire à l'alliance de paix, tel qu'il est écrit (Bamidbar 25:12) : “Je lui accorde Mon alliance de paix.
 
La réaction de Pin'has contre cette relation interdite fut un tiqoun (une réparation) afin de soumettre et d'annuler la qélipa (“les forces du mal”) de Bil'am, tel qu'il est écrit plus loin (31:16) : “Ne sont-ce pas elle [les femmes midianites] qui, à l'instigation de Bil'am, ont porté les enfants d'Israël à trahir l'Éternel…”
 
De fait, Bil'am était la véritable personnification du p'gam habrith. Il était un véritable malade dans ce domaine, ce qui le rendait répugnant et abominable. Nos Sages ont dit (Sanhédrin 105b) : “Il fut attiré par son désir toute sa vie.” Il n'essaya même pas de ne plus suivre les désirs de son cœur – ce qu'il aurait pu – s'il avait utilisé des paroles saintes (dibourim qédochim).
 
Les paroles saintes possèdent un aspect des “trois points” (Liqouté Moharan 34). C'est-à-dire : les paroles saintes qui sont formulées entre une personne et son Créateur ; entre une personne et son ami lorsqu'il lui parle de la crainte du Ciel et entre une personne et un Tsadiq. Avec les paroles saintes, même la personne la plus abjecte peut sortir des profondeurs de la fosse de la descente spirituelle ; de la sorte, elle peut mériter de se rapprocher d'Hachem.
 
Le méchant Bil'am et ses élèves n'ont aucun désir pour les paroles saintes. Il est déjà terrible en soi d'être attiré de la sorte par des désirs sexuels, mais en plus, ils n'essaient même pas d'utiliser les paroles saintes dans leurs trois aspects pour sortir de la fosse !
 
Pour ajouter une insulte à une injure, ils souillent même leur pouvoir de la parole. Ils polluent leur force du discours – qui leur a été donné par D-ieu – avec un discours qui manque de sérieux, les commérages, la calomnie ; ils utilisent des mots futiles et des mauvais mots.
 
Ces personnes sont particulièrement coupables d'utiliser des paroles désobligeantes envers les Tsadiqim et les personnes honnêtes. En agissant de la sorte, elles se placent définitivement loin des “trois points.”
 
Par conséquence, elles sombrent de plus en plus bas dans leurs désirs pervers. Cependant, cela n'est pas suffisant pour elles : il faut qu'elles entraînent d'autres personnes avec elles. Leur cible favorite est le peuple juif. Leurs mauvaises paroles – qui possèdent un aspect du méchant Bil'am – éloignent les individus d'une appréciation positive d'eux-mêmes.
 
Grâce à D-ieu, nous avons de véritables Tsadiqim qui illuminent les aspects positifs qui résident en chaque juif. Ils font cela en utilisant leur force du discours, c'est-à-dire en utilisant des paroles appropriées et encourageantes.
 
(Adapté de Rabbi Nathan de Breslev, Liqouté Halakhoth Ora'h 'Haïm, Hilkhoth Nissiath Kapayim 5:1)

 




New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par Rabbi Nathan
   Revenir à la page d'accueil de Rabbi Nathan sur la paracha




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
     
  •  
  •  
  •  
  •  
     
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar