2 Téveth 5782 / lundi 6 décembre 2021 | Paracha : Vayigach
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
                
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Société  
 
AccueilSociétéLa force de la Nation d'Israël
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

La force de la Nation d'Israël    

La force de la Nation d'Israël



La force de la Nation d'Israël a de tout temps reposé sur les épaules fermes de la femme juive. Déjà au temps de nos ancêtres, et plus encore dans notre génération-celle de Machiach.

 



La force de la Nation d'Israël a de tout temps reposé sur les épaules fermes de la femme juive. Déjà au temps de nos ancêtres, et plus encore dans notre génération-celle de Machiach.

 

Ma femme est ce qu'on appelle «une femme au foyer». Depuis que j'ai commencé à travailler à domicile il y a neuf mois, je vois qu'elle fait tout sauf «rester» sans rien faire.

 

Nous vivons avec un salaire, mais elle le démultiplie au point que nous vivons comme des rois. Elle nettoie t l'appartement tous les jours car une maison sale rend les gens paresseux. Elle cuisine des "repas maison" parce que papa a des problèmes d'hypertension et elle veut que nos enfants mangent sainement. Nous passons toujours nos vacances en Israël. Elle emballe personnellement tout pour un camping d'une semaine.

 

Lorsque les prix des maisons à Efrat et Netanya se sont avérés bien au-delà de nos revenus, elle a appris à lire l'hébreu, seule, et a parcouru toutes les publicités pour trouver la ville d'Afula.

 

Durant l'année, elle rencontre les enseignants pour s'assurer que notre fils, qui a des besoins spéciaux, ait ce qu'il faut pour un meilleur développement.  Elle aide nos filles à faire leurs devoirs chaque jour.

 

Elle s'assure que nous nous habillons tous convenablement, que nous avons des chaussures propres et que nous mettons notre déodorant et notre eau de Cologne.

 

Lorsque mon fils a eu des difficultés à l'école pendant quelques mois, nous craignions qu'il ne soit renvoyé. Un jour, le proviseur a appelé ma femme pour lui dire: «Comme j'aime Ari! Il est toujours si bien habillé et sent si bon. Je ne peux pas m'empêcher de lui faire un gros câlin. "

 

La force d'Israël

 

Il en a été ainsi depuis le début.

 

Avraham avait Ismaël. Treize ans plus tard, Yitzchak est né.

 

En grandissant, le jeune frère admirait le fils aîné.

 

A cette époque, le plus âgé agissait comme un sauvage. Il ne l'a regretté que bien plus tard.

 

Craignant qu'Yitzchak ne commence à l'imiter, Sara a exigé qu'Avraham le chasse. Elle ne voulait que des influences positives pour son fils.

 

Sara connaissait sa famille et a fait le nécessaire pour que son mari fasse ce qu'elle lui demandait.

HaChem l'a soutenue en ordonnant à Avraham de faire ce que sa femme lui demandait.

 

Grâce au courage de Sara, Yitzchak a atteint sa grandeur. Si elle n'avait pas agi ainsi nous boirions tous du lait de chèvre et voyagerions à dos de chameau toute la journée.

 

Puis vint Rivka. Isaac pensait que donner à Ésaü la bénédiction lui permettrait de se repentir, et au moins obtenir un succès matériel afin de soutenir Yaakov.

 

Rivka connaissait la vérité.

 

Elle avait vécu avec Lavan et Bethouel pendant trois ans et avait vu à que Esaü leur ressemblait. Il savait qu'il était même inutile d'essayer.

 

Par conséquent, Rivka a organisé la "tromperie" contre son mari pour s'assurer que Yaakov reçoive la bénédiction du premier-né.

 

Si HaChem choisit de ne pas bénir, cette personne ne sera pas bénie. Si HaChem choisit de bénir, un homme peut passer de berger à roi du jour au lendemain.

 

Quand Yitzchak s'est rendu compte qu'il avait béni Yaakov au lieu d'Esaü, ses premiers mots auraient pu être:

• Oups vey.

• Rivka, nous devons parler, MAINTENANT.

• Yaakov, va dans ta chambre.

Mais il n'a rien dit de cela. Ses premiers mots furent:

 

Il sera béni (Genèse 27:33)

 

Yitzchak savait que HaChem avait béni Yaakov. Rivka a fait la bonne chose. C'est la volonté de HaChem.

 

Si Rivka n'avait pas travaillé avec son mari, l'hymne national d'Israël aujourd'hui pourrait être "YMCA"

 

HaChem a soutenu Rivka et elle nous a tous sauvés.

 

Arbre généalogique

 

Yaakov a travaillé sept ans pour épouser Rachel.

 

Le moment venu, il savait que Lavan essayerait de le tromper. Il savait que Leah se sentait très triste d'avoir épousé Esaü.

 

Il anticipait la tromperie et a donc donné à Rachel une série de signaux. Quand elle le rejoignit sous le dais nuptial, voilée au point où on ne pouvait rien voir. Les signes assuraient à Yaakov qu'il épousait la femme pour laquelle il a travaillé sept ans croyait-il.

 

Juste avant le mariage, Rachel a montré les signes à Lea.

 

Elle était aussi complice que Lavan en trompant Yaakov.

 

Se rendant compte que la femme qu'il voulait épouser de tout son cœur l'avait trompé, ses premiers mots auraient pu être:

 

• Oups Vey

• Rachel, nous devons parler, MAINTENANT.

• Lavan, qu'as-tu mis exactement dans cette liqueur?

 

Mais il comprit que Rachel avait fait cela pour protéger sa sœur d'un énorme embarras et pour la sauver de son mariage avec Ésaü.

 

Et il a accepté cela comme la volonté de HaChem.

 

Yaakov l'a épousée sept jours plus tard. Il a même travaillé encore sept ans pour elle.

 

En conséquence, nous avons les tribus de Yehuda et de Lévi, la prêtrise et la monarchie.

 

Le rôle classique des femmes

 

En ce qui concerne le «rôle classique des femmes», le monde est divisé en deux camps:

 

• Les machos, qui croient que les femmes doivent être pieds nus, enceintes et au service des hommes.

• Les féministes, qui sont d'accord avec les machos, et c'est pourquoi elles disent aux femmes qu'elles doivent faire ce que font les hommes.

 

De la première génération à celle-ci, le rôle classique d'une femme est de diriger sa famille. Tout le monde doit faire ce qu'elle dit.

 

Le rabbin Chalom Arouch nous dit que la subsistance est le produit de la paix conjugale. Un homme ne peut réussir dans son rôle que dans la mesure où il permet à sa femme de réussir dans le sien.

 

Sa capacité à guider son mari et ses enfants sur le droit chemin est ce qui nous a rachetés à chaque génération. Et celui qui nous rachètera aussi dans celui-ci.





New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par M. David Ben Horin
   Revenir à la page d'accueil de Société




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
le vrai remede               Ne me laisse pas tomber               L'esprit d'un monstre
 
 le vrai remede  Ne me laisse pas tomber  L'esprit d'un monstre


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
     
  •  
     
  •  
  •  
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar