22 Sivan 5779 / mardi 25 juin 2019 | Paracha : Qora'h
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Une vie spirituelle     Histoires personnelles     L’envie de prier     Kabbale             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Histoires personnelles  
 
AccueilSpiritualité et foiHistoires personnellesUn service inoubliable !
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Un service inoubliable !    

Un service inoubliable !



Personne ne semblait être intéressé par mon expérience professionnelle. De plus, ma femme venait de vivre une période de lutte contre une terrible maladie...

 



Nous avons reçu cet article d'un lecteur qui désire rester anonyme.
 
En guise d'introduction, je mentionnerais seulement que j'ai passé plusieurs années en Israël en étant actif sur le marché du travail. Cependant, la compagnie pour laquelle je travaillais rencontra des problèmes subits et importants. De fait, en quelques mois, la compagnie fut obligée de fermer ses portes. Je me retrouvai sans emploi à un âge avancé – la cinquantaine – avec une famille nombreuse à supporter et sans revenus. Personne ne semblait être intéressé par mon expérience professionnelle.
 
De plus, ma femme venait de vivre une période de sept années de lutte contre une terrible maladie que je ne souhaite à personne de connaître. Elle ne possédait aucune expérience du marché du travail en Israël et il lui manquait la force qu'il faut pour joindre les milliers de personnes qui sont à la recherche d'un emploi. Nous avions un peu d'argent de côté, mais le montant n'était pas très élevé.
 
À quelques dizaines de mètres de notre appartement se trouvait le magasin de fruits et légumes du quartier. Ya'aqov – un homme simple et au visage triste – en était le patron. Nous faisions nos courses régulièrement chez Ya'aqov car le magasin était proche de notre appartement et ses prix étaient raisonnables. Ya'aqov était un homme calme ; il possédait une kippa immaculée et il était toujours rasé de près. Je pensais que Ya'aqov était un homme comme les autres.
 
Lorsque la compagnie pour laquelle je travaillais ferma ses portes, nous fûmes obligés de couper dans nos dépenses budgétaires. Ma famille avait toujours apprécié les fruits délicieux de saison ; de plus, nous mangions une quantité importante de salades vertes : les enfants en étaient fous ! Tout cela considéré, nous nous aperçûmes que nous dépensions une partie importante de notre budget chez Ya'aqov.
 
Ma femme et moi arrivâmes rapidement à la conclusion que les beaux fruits de saison représentaient un luxe et que l'absence de pêches et de nectarines dans notre régime quotidien ne représentait pas de risque immédiat pour la santé de notre famille. Nous décidâmes également de consommer un nombre moins important de salades et d'acheter à la place des légumes moins onéreux. Ya'aqov ne vendant que des fruits et légumes de haute qualité, je fus obligé de prendre en considération ma nouvelle situation de sans-emploi ; logiquement, je décidai d'aller acheter mes fruits et légumes au supermarché du centre-ville.
 
La première semaine, nous acceptâmes notre sort avec sérénité, Les prix étaient nettement moins élevés et les économies faites étaient importantes. Cependant, la qualité de ce que nous ramenions du magasin n'était pas toujours du goût de nos enfants.
 
Avec un certain courage, les enfants prirent notre nouveau régime avec flegme ; les fruits d'été se faisaient plus rares et les salades moins somptueuses. Cependant, ma femme et moi-même étions décidés à faire le maximum pour maintenir notre train de vie.
 
Trois semaines après avoir arrêté de faire mes courses chez Ya'aqov, je fus surpris – un beau matin – d'apercevoir un carton rempli de fruits et légumes sur le devant de ma porte. Le carton était rempli au maximum et les fruits et légumes semblaient de la qualité de ceux de chez Ya'aqov.
 
J'appelai ma femme. “Regarde ! Est-ce toi qui a commandé cela à Ya'aqov ?” demandai-je d'un air perplexe.
 
“Non, certainement pas,” ma femme me répondit. “Sans doute est-ce le livreur qui a fait une erreur ; il était tellement habitué à laisser nos commandes sur le seuil de la porte. Je vais immédiatement téléphoner à Ya'aqov pour qu'il envoie quelqu'un prendre ce carton.”
 
Je quittai mon domicile, certain que ma femme ferait en sorte que le carton retrouve son destinataire voulu. Cependant, lorsqu'en début de soirée je rentrai chez moi, je fus surpris de constater que notre saladier de fruits sur la table du salon était rempli des merveilleux fruits, les mêmes que j'avais vu le matin. “Qu'est-ce que tout cela ?” demandai-je à mon épouse.
 
"Tu ne pourras pas le croire !” s'exclama ma femme. Son visage trahissait une impatience importante.
 
Je savais que ma femme attendait que je parle. Logiquement, je lui demandai : “Qu'est-ce que je ne vais pas croire ?”
 
“Voilà ce qui est arrivé : ce matin, j'ai téléphoné à Ya'aqov pour l'informer de l'erreur que son livreur avait commise. Ya'aqov m'a alors répondu que son livreur n'avait commis aucune erreur et que le carton que tu as trouvé ce matin sur le devant de notre porte nous était bel et bien destiné. Chaque fruit et légume que Ya'aqov a placé dans ce carton est pour nous. Il m'a dit que cela faisait plusieurs semaines qu'il ne nous a pas vus et il a pensé que nous avions des difficultés financières. Pour nous aider à sa façon, il nous a envoyé ce carton. Que dis-tu de cela ?”
 
“Cela est très gentil de sa part, mais je pensais que nous étions d'accord – toi et moi – pour abaisser notre train de vie. Je te demande de téléphoner à Ya'aqov pour qu'il envoie son livreur reprendre ce carton.”  
 
“Je lui ai expliqué que tu as perdu ton emploi et que nous essayons d'économiser de l'argent. Il a parfaitement compris notre situation et il m'a dit que cela était simplement un cadeau de sa part.”  
 
“Ça alors ! Cela est vraiment très gentil de sa part” répondis-je en regardant les fruits splendides.
 
La semaine suivante – en ouvrant la porte de ma maison – je trouvais un nouveau carton rempli de fruits et légumes. “Viens vite !” appelai-je ma femme. “Regarde ce que Ya'aqov nous a de nouveau envoyé : de splendides fruits et légumes.”
 
Cela se produisit pendant plusieurs semaines. Après plus d'un mois d'un tel scénario, je dis à ma femme : “Cela dure depuis trop longtemps maintenant. Ya'aqov est réellement une personne exceptionnelle, mais je ne désire pas recevoir la charité pendant une période aussi longue. Je te prie de lui téléphoner et d'insister pour que dorénavant, nous payons les fruits et légumes qu'il nous envoie.”  
 
Ma femme téléphona immédiatement à Ya'aqov et avertit ce dernier que nous payerons désormais les livraisons. Cependant, Ya'aqov était désolé : il ne désirait pas recevoir d'argent de notre part, seulement nous livrer chaque semaine un nouveau carton. “Lorsque votre mari trouvera un nouvel emploi, vous pourrez revenir vous servir dans mon magasin et tout redeviendra comme avant. Entre temps, je vous demande d'accepter cela comme cadeau de ma part.”
 
Ma femme et moi-même étions déterminés à ne pas laisser cette situation perdurer. “Ya'aqov, nous vous prions simplement de ne plus continuer. Notre situation actuelle n'est pas facile, mais nous sommes confiants en l'avenir. Lorsque nos revenus le permettront, nous serons ravis de redevenir vos clients.”
 
Ya'aqov était aussi déterminé que nous. Il refusait tout simplement de céder à notre demande et d'arrêter les envois hebdomadaires de cartons. En fin de compte, nous somme arrivés à nous entendre : nous reprendrions notre habitude à acheter nos fruits et légumes chez lui et nous ne paierons que la moitié du prix habituel. Cela devait continuer jusqu'au jour où je retrouverai un emploi.  
 
Voilà plus d'une année maintenant que je suis sans emploi. J'ai eu plusieurs offres – que j'ai toutes acceptées – à temps partiel, mais qui n'ont pas durées très longtemps. La situation économique en Israël n'est pas facile. Pendant tout ce temps, Ya'aqov est resté exceptionnel. Il continue à nous faire payer la moitié du prix habituel et nous répète souvent de ne pas nous inquiéter si nous ne pouvons pas payer le prix habituel. Il est confiant que le jour viendra où nous pourrons retourner à une situation plus normale.  
 
Ne pas avoir d'emploi pendant une durée aussi longue n'est pas facile. De plus, l'avenir ne semble pas vraiment rose. Cependant, avec des personnes comme Ya'aqov, la vie n'acquiert pas un aspect trop inquiétant.   




New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par la rédaction de Breslev Israël
   Revenir à la page d'accueil de Histoires personnelles




Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
La Finlande : mon Égypte               Le bon combat               Un étrange et long voyage
 
 La Finlande : mon Égypte  Le bon combat  Un étrange et long voyage


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
  •  
     
  •  
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar