16 Sivan 5779 / mercredi 19 juin 2019 | Paracha : Chéla'h Lekha
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Spiritualité et foi Breslev Famille Société Fêtes et jeûnes Paracha Halakha (loi juive)
   Une vie spirituelle     Histoires personnelles     L’envie de prier     Kabbale             
 
  Toutes les catégories  
 
 
 
Une vie spirituelle  
 
AccueilSpiritualité et foiUne vie spirituelleContrôle des naissances ?
 
  Recherche avancée
   Articles
 
   Recherchez
 
            
 

Contrôle des naissances ?    

Contrôle des naissances ?



La première mitswa de la Tora est : “Croissez et multipliez-vous !” Conséquemment, il n’existe rien qui peut aller plus à l’encontre de la Volonté divine que d’empêcher à la vie de descendre dans ce m

 



Il existe une chose qui représente un obstacle quasi insurmontable – et qui ferme les portes de la Compassion divine – dans un nombre important d’aspects de la vie et en particulier de la recherche de revenus. Cette chose empêche tous nos projets de se réaliser et nos entreprises de se concrétiser. 

Afin d’illustrer le sujet dont je désire vous parler, permettez-moi de vous citer une histoire que j’ai vécue récemment. Un certain jour, deux de mes élèves sont venus me rendre visite. Ces deux personnes pratiquent hitbodédouth tous les jours – pendant un minimum d’une heure chaque fois – et respectent les lois si importantes de la pureté familiale, ils assistent également d’une façon régulière à des leçons de Tora, etc.
 
Sous de nombreux autres aspects, ils semblent remplir toutes les conditions pour vivre une vie heureuse et sans problèmes particuliers.
 
Pourtant, ces deux élèves m’informèrent que depuis plusieurs années, ils vivaient de nombreuses difficultés importantes. Ces difficultés se concrétisaient avant tout dans le domaine de la recherche de revenus – qui était jusqu’à un récent passé pour eux une recherche remplie de succès – et qui les plaçaient maintenant dans une situation où ils se retrouvaient endettés. Également, dans d’autres domaines, les problèmes se multipliaient : ils ne parvenaient pas à marier les plus grands de leurs enfants, etc.
 
Ces deux personnes me dirent qu’elles avaient l’impression que les portes de l’Abondance divine s’étaient fermées à leurs égards et que peu importe ce qu’elles entreprenaient : les échecs étaient toujours au rendez-vous.
 
Après avoir écouté mes deux élèves, je pris le temps de réfléchir à leur cas et à ce qui pouvait être la raison de leurs difficultés. Je dois avouer que pour commencer, je ne savais pas quoi leur dire et malgré ma réflexion à leur sujet, je ne parvenais à formuler aucune proposition pour les aider. En d’autres termes, je ne parvenais pas à mettre le doigt sur la raison qui semblait leur avoir fermé les portes du Ciel.
 
Ma difficulté venait du fait qu’ils étaient ponctuels et sérieux dans leurs études, comme dans leur pratique des mitswoth : les plus faciles comme les plus difficiles. Pour quelle raison Hachem leur avait fermé les portes de l’Abondance céleste ? Quel est le facteur qui pouvait expliquer la situation pénible dans laquelle ils se trouvaient ?
 
Empêcher à la vie de voir le jour
 
Soudainement, j’eus l’éclair d’une vision et je leur demandai avec un sentiment anxieux : “Faites-vous toujours ce qu’il faut pour avoir des enfants ?” Les deux élèves me regardèrent comme s’ils avaient reçu une secousse électrique. Un sentiment de gêne se lisait sur leur visage. Après un long silence, les deux me donnèrent la même réponse, dans une voix à peine audible : “Non.” De fait, chaque femme avait subie une opération chirurgicale afin de ne pas avoir d’enfants.
 
Je leur répondis : “Maintenant, tout s’explique ! Vous deux avez fermé les portes de la vie, le Ciel a fermé ses portes pour vous ! De la même façon que vous empêchaient la vie de descendre dans ce monde – car en fin de compte, vous avez pris votre décision sans être certains de son bien fondé et sans demander conseil à un Rav – D-ieu empêche l’Abondance divine de vous atteindre. C’est pour cela que rencontrez autant d’échecs. Hachem a agit envers mesure pour mesure.
 
Ce qu’on fait ces deux personnes est extrêmement grave. Le plus embêtant est que la plupart des individus n’ont pas conscience de cette gravité. Ils ne comprennent pas que pour Hachem, ce sujet est considéré de la première importance et qu’il prime avant tous les autres. Le Créateur du monde – qui est un D-ieu vivant – désire la vie ! L’objectif premier de la création est de permettre à la vie de voir le jour.
 
Ce n’est pas un hasard si pour la première mitswa de la Tora, Hachem a ordonné à l’homme : “Croissez et multipliez-vous !” Cette mitswa a été ordonnée immédiatement après la Création de l’univers. Conséquemment, il n’existe rien qui peut aller plus à l’encontre de la Volonté divine que d’empêcher à la vie de descendre dans ce monde.
 
Cette vérité est écrite dans la Guémara ‘Haguiga (2a) : “Le monde fut créé uniquement pour que les être humains le remplissent.” Pour parvenir à cette conclusion, la Guémara cite le verset (Isaïe 45:18) : “Car ainsi parle l'Éternel, le Créateur des Cieux, ce D-ieu qui a formé, façonné la terre, qui l'a affermie, qui l'a créée non pour demeurer déserte mais pour être habitée : ‘Je suis l'Éternel, et il n'en est pas d'autre!’”
 
À plus forte raison, les personnes commettent une très grande erreur lorsqu’une femme doit donner naissance par césarienne et que les docteurs lui recommandent de ne plus donner naissance à l’avenir. En fermant les portes de la naissance, les docteurs commettent un acte extrêmement grave et qui est absolument interdit ! Lorsqu’une femme subie une intervention chirurgicale afin de ne plus pouvoir donner naissance, cela est abominable.
 
Nous ne faisons pas référence aux interventions qu’il est possible d’annuler par la suite. Plutôt, nous dénonçons les opérations pour lesquelles il est impossible de revenir en arrière et de changer d’avis, même en subissant une nouvelle opération chirurgicale.
 
Il est strictement interdit de subir ce type d’opérations qui – en addition – sont dangereuses et qui ne rencontrent pas toujours le succès. De toutes les actions qui peuvent empêcher une femme de devenir enceinte, celles qui sont irrémédiables sont les plus graves.
 
Lorsqu’une femme a fait ce qu’elle a fait, mais qu’elle regrette ensuite son geste et qu’elle fait téchouva (qu’elle se repent), si elle peut revenir à la situation qui existait auparavant, cela est à prendre en considération. Cependant, lorsqu’elle se laisse séduire par les arguments fallacieux des médecins – et qu’elle accède à leur demande à subissant une opération chirurgicale irréversible – elle ne peut plus revenir en arrière ! Ceci est terrible et effrayant.
 
Nous sommes en vie grâce à eux !
 
Certaines personnes commettent une erreur : elles ne désirent plus avoir d’enfants sous le prétexte qu’elles n’ont pas assez d’argent à leur disposition pour nourrir les éventuelles bouches supplémentaires. Cependant, il n’existe pas un mensonge plus grand que celui-là ! C’est Hachem qui décide du montant de nos revenus et dès l’instant où une femme donne naissance à un nouvel enfant, cette âme supplémentaire dans le monde vient avec les revenus qui lui sont propres.
 
De fait, les revenus d’un nombre important de personnes sont fixés en fonction du nombre d’enfants qu’elles ont. Ainsi, dans de nombreux cas, le montant d’argent dont dispose un individu lui a été accordé uniquement grâce au mérite de ses enfants. C’est pour cette raison que tout notre argent est destiné à être utilisé pour le bien-être de notre famille.
 
Nous comprenons maintenant l’erreur que commettent les personnes qui pensent ne pas disposer suffisamment d’argent pour avoir un enfant supplémentaire ; leur erreur est totale est absolue. Non seulement leur revenu augmenterait avec la venue d’un nouvel enfant dans ce monde, mais de plus, que savent-elles des âmes auxquelles elles empêchent de voir le jour ? Peut être qu’il avait été décidé dans le Ciel qu’une d’entre elles devait vivre dans la richesse ; dans ce cas, les éventuels parents se privent d’une vie dans l’abondance et l’opulence
 
À suivre…   




New Comment    New Comment
   Voir d'autres articles par le Rav Shalom Arush
   Revenir à la page d'accueil de Une vie spirituelle


Back    Précédent          Chapitre - 15 sur - 24          Suivant    Next
Voir tous les chapitres de Le jardin de la prospérité


Haut de la page    Haut de la page       E-mail    E-mail          Partager       Imprimer    Imprimer


 M M'ajouter à la liste de distribution
 
 
  
Si vous désirez recevoir d'autres articles sur le même sujet ou d'ordre général, inscrivez ici votre adresse email:

   

 Articles apparentés Articles apparentés
 
 

 
Renouvelle-toi !               Le véritable remède               Perle d'Emouna [3]-les «Midots»
 
 Renouvelle-toi !  Le véritable remède  Perle d'Emouna [3]-les «Midots»


  0 Nombre de commentaires :     

Envoyez votre commentaireEnvoyez votre commentaire    Envoyez votre commentaire    

 
 
  
En l'honneur de :    A la mémoire de :
  
 
Vous avez aimé cet article ?
 
En tant qu'organisme à but non lucratif, Breslev Israël dépend du soutien
généreux de personnes telles que vous pour continuer à vous offrir d es articles de qualité
 
Cliquez ici pour soutenir Breslev.co.il
  
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
  •  
     
  •  
  •  
  •  
  •  
     
  •  
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar