29 Kislev 5782 / vendredi 3 décembre 2021 | Paracha : Miqetz
 
dot  Ajouter à mes favoris   dot  Définir en tant que page d’accueil  
 
   
    S'inscrire    |    Se connecter
  
    Mon compte     Historique des achats     Aide
 
 
  Mon pays :  
  États-Unis   
 
   Langue :  
  Français   
 
   Ma monnaie :  
  Dollar des États-Unis   
 
   
Page d'accueil Information Breslev VOD Radio Forums Breslev Boutique Dons
                
 
  Toutes les catégories  
 
 
      
 
Le véritable 'hassid  
 
AccueilBreslevLe véritable 'hassid
 
 
Recherchez
 
           

 
Rav Nathan Sternhartz de Breslev  Le vיritable 'hassid  

Par Debbie Shapiro

 

La relation entre Rav Nathan Sternhartz de Breslov et son Rabbi – Rabbi Na'hman – a été comparée à celle qui existait entre Moché Rabbénou et son principal disciple, Yehochou'a (Josué). Moché Rabbénou est comparé au soleil, tandis que Yehochou'a est comparé à la lune. De la même manière que la lune reflète la lumière du soleil, Yehochou'a reflétait la grande lumière de son maître, Moché. Ainsi, Rav Nathan reflétait la lumière du Rabbi, Rabbi Na'hman de Breslov.

Rav Nathan Sternhartz de Breslev  Le v?ritable 'hassid

 

Rav Nathan était – avant tout – un 'hassid, au vrai sens du terme. Cela signifie qu'il consacra toute sa vie à la tâche importante de répandre l'enseignement du Rabbi pour les futures générations de juifs. Ce fut Rabbi Nathan qui transcrit, organisa et imprima toute l'oeuvre de Rabbi Na'hman. Il écrivit lui-même une oeuvre importante dont le but est d'expliquer les idées du Rabbi. C'est également Rabbi Nathan qui dirigea la 'hassidouth breslov après la mort du Rabbi; il est à l'origine du pèlerinage annuel des 'hassidim breslov sur la tombe du Rabbi – à Ouman – lors de chaque Roch Hachana. Cette coutume nous a été léguée jusqu'à ce jour.   
 
Sans Rav Nathan de Breslov, il n'y aurait pas de 'hassidouth breslov, telle qu'on la connaît de nos jours.

 

Rav Nathan était un homme courageux; un homme qui luttait pour ses convictions. Il avait été élevé dans une famille importante et aisée; pourtant, alors qu'il était encore un jeune homme, il mit en danger sa relation avec les membres de sa famille en empruntant ce qui était à son époque un nouveau – et controversé – chemin: celui de la 'hassidouth

  

Après la mort de Rabbi Na'hman, Rav Nathan démontra une nouvelle fois son grand courage. Dans son rôle de disciple principal du Rabbi, il lui aurait été très facile d'être accepté pour succéder à Rabbi Na'hman et d'être le nouveau rabbi. Un groupe important de 'hassidim l'aurait alors suivi et écouté. Cependant, il se considérait comme un simple 'hassid dont la mission dans ce monde était de répandre l'enseignement du Rabbi. Malgré l'opposition important qu'il rencontra, il mena à bien cette tâche ardue. Ce second acte de bravoure fut sans doute encore plus grand que le premier.

AVANT L'AUBE

 

Rav Nathan est né dans la ville de Nemirov (Ukraine) en 1780. Son père – Rabbi Naftali Hertz – était un homme d'affaires riche et un érudit de la Tora.

 

Rav Nathan commença à chercher le but de la vie dans ce monde alors qu'il était encore très jeune. Un jour, le jeune Nathan était assis dans la synagogue, à côté de son illustre grand-père, Rav Yits'haq Dantzig. Il observa que le vieil homme qui s'asseyait généralement à côté de son grand-père était absent. Lorsqu'il demanda à son grand-père la raison de cette absence, celui-ci lui répondit que le vieil homme était décédé la nuit précédente. À compter de ce jour-là, Rav Nathan fit tous les jours une analyse de ses actions, en préparation du jour de sa mort.  

 

Alors qu'il était encore au 'heder (à l'école), le jeune Nathan était déjà un érudit dans la Tora. Son maître était régulièrement étonné de constater qu'il ne rencontrait pas de difficultés particulières en étudiant des passages compliqués de la Guemara. Un jour, le maître décida de tester le jeune Nathan. Les réponses que celui-ci donna aux questions de son maître étaient tellement complètes, qu'il avait répondu à toutes les questions que les autres étudiants de sa classe avaient posées.  

 

En 1793, Rav Nathan – qui était âgé de treize ans – épousa Esther Shaindel Auerbach, la fille de Rabbi David Tzvi Auerbach. Le beau-père de Rav Nathan était un érudit de la Tora d'une grande réputation et il servait comme Rav de trois communautés importante en Ukraine: Charograd, Mohilov et Kremenetz. Même Rav Baroukh de Medzeboz – un des dirigeants du mouvement 'hassidique – tenait Rav David Tzvi en grande estime, même si ce dernier était un opposant connu de la 'hassidouth. Un jour, Rav Baroukh de Medzeboz dit: “Il [Rav David Tzvi ] est tellement saint et pieux, que Eliyahou Hanavi (le prophète Élie) danse devant lui.”

 

Pendant les deux années qui suivirent son mariage, le jeune couple vécut dans la maison de Rabbi Tzvi à Charograd. L'estime que Rav Nathan avait pour son beau-père était tellement élevée, qu'il ne pouvait pas imaginer qu'il existe – ou qu'il ait existé – une seule personne au monde plus grande que lui, même Moché Rabbénou.

 

Pendant ces deux années, le jeune Rav Nathan approfondit énormément la connaissance qu'il avait déjà de la Tora. À l'âge de 15 ans, il était considéré comme un érudit accompli dans la Tora; de fait, son beau-père désirait le voir être nommé comme juge rabbinique dans son Beth din (tribunal juif). 

 

Le niveau d'application et de zèle (hatmada dans l'étude) de Rav Nathan était d'une qualité rare. Dans l'introduction du livre “'Alim letroufa”, il est dit que toutes les personnes qui avaient rencontré le jeune Rav Nathan, comprenaient qu'il aurait été impossible pour ce dernier d'atteindre un tel un niveau dans son étude de la Tora s'il n'apprenait pas – au sens littéral du terme – vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

 

Rav Nathan excellait également dans les études profanes. Ses connaissances en mathématiques étaient d'un tel niveau, qu'en regardant simplement un bâtiment, il était capable d'en donner les dimensions exactes.

 

Rav Nathan était le fils d'un mitnagued (une personne opposée au mouvement 'hassidique) et le beau-fils d'un mitnagued. Logiquement, Rav Nathan était également opposé au mouvement 'hassidique. De plus, la ville de Charograd – où résidait son beau-père – était réputée pour son étude contre le 'hassidisme. L'opposition de son beau-père contre la 'hassidouth était telle, qu'il donnait une leçon quotidienne à sa famille à propos des aspects qu'il considérait néfastes de celle-ci.

 

En 1795, suite à la demande pressante de ses parents, le jeune couple alla s'installer à Nemirov, la ville natale de Rav Nathan. Dans cette ville, Rav Nathan pu continuer à étudier la Tora, tout en prenant lentement une responsabilité accrue dans l'entreprise familiale. Pendant toute cette période, le père de Rav Nathan le supportait financièrement.

 

C'est à cette époque que deux des amis proches de Rav NathanRav Lipa et Rav Naftali – devinrent des sympathisants d'un des rabbis 'hassidiques. Rav Nathan passait énormément de temps à discuter du mouvement 'hassidique avec ses amis. Ces derniers essayèrent à plusieurs reprises de le convaincre de la légitimité de ce mouvement, mais Rav Nathan restait loyalement opposé à tout ce qui touchait la 'hassidouth.

 

Un jour, Rav Nathan fut impressionné par l'enthousiasme et la dévotion d'un de ses invités, tandis qu'il récitait de simples bénédictions. Rav Nathan demanda à cette personne qui elle était; l'invité répondit qu'il était un 'hassid de Rav Zouchia de Anapoli. Immédiatement, Rav Nathan fit le voyage pour se rendre dans la ville de Anapoli afin de voir par lui-même ce qui avait tellement inspiré son invité. Ce qu'il vit dans cette ville l'ému à un tel point que pour les cinq années qui suivirent, Rav Nathan rendit régulièrement visite à des rabbis 'hassidiques. Parmi eux on peut citer: Rav Zouchia, Rabbi Levi Yits'haq de Berditchov, Rav Baroukh de Medzeboz, Rav Guedalia de Linitz et Rav Chalom de Probicht.

 

Agir de la sorte – rendre visite à des rabbis 'hassidiques – demanda un immense courage de la part de Rav Nathan. Son niveau de connaissance était extrêmement élevé et il était un jeune homme d'une vingtaine d'années. Tout cela le rendait particulièrement apprécié par toutes les personnes qui le rencontraient. De plus, il venait d'une des plus importantes et riches familles de sa ville. Pour être bref: son avenir semblait assuré. Maintenant, il remettait tout en question.  

 

Même si Rav Nathan avait été ardemment opposé à la 'hassidouth, lorsqu'il réalisa que cela pouvait être une façon valable de servir D-ieu – et peut-être même la façon qui lui convenait le plus – il commença à s'y intéresser sérieusement et en fin de compte, il changea toute la conception qu'il avait de la vie. En agissant ainsi, Rav Nathan ne changeait pas seulement des idées préconçues, il s'attira les foudres de sa famille.

 

Lorsqu'il connut la chaleur et l'enthousiasme de la 'hassidouth, il essaya d'expliquer à ses amis et à son entourage la raison de son attrait pour ce mouvement. “La différence entre un 'hassid et un mitnagued ” expliqua-t-il “ressemble à la différence qui existe entre un qnich (une sorte de boureqass) chaud et un qnich froid. Les deux possèdent les mêmes ingrédients, mais un est meilleur que l'autre!”

 

Rav Nathan commença à se rendre régulièrement dans la ville de Berditchov afin d'étudier sous la direction de Rav Levi Yits'haq. Un jour – après avoir terminé son programme d'études de la journée – il entra dans la synagogue locale et il commença à réciter les Tehilim (Psaumes)... jusqu'à ce qu'il s'endorme. Alors, il commença à rêver. Dans son rêve, il voyait une échelle qu'il essayait de grimper, sans y réussir. Il vit un homme au sommet de l'échelle qui l'encourageait à continuer à grimper et à atteindre le haut. Il découvrit par la suite que c'est homme était Rabbi Na'hman de Breslov.

 

En 1802, Rabbi Na'hman quitta la ville de Zlatopov pour aller s'installer dans celle de Breslov, située seulement à une quinzaine de kilomètres de Nemirov. Certains amis de Rav Nathan rendaient régulièrement visite à Rabbi Na'hman. Lorsque Rav Nathan constata qu'ils revenaient profondément changés de leurs visites, il décida d'aller rencontrer celui qui allait devenir son maître 'hassidique.   

L'AUBE

 


 

Rav Nathan rencontra Rabbi Na'hman pour la première fois un dimanche, le 22 eloul (septembre) 1802. Lorsque Rav Nathan entra dans la maison de Rabbi Na'hman, le Rabbi le regarda et s'exclama: “Maintenant je ne suis plus seul. Nous nous connaissons depuis longtemps tous les deux, mais cela fait très longtemps que nous nous sommes pas rencontrés.”

 

De fait, Rav Nathan reconnut immédiatement que le Rabbi était l'homme qu'il avait vu – debout au-dessus de l'échelle – dans son rêve. Le jour de cette rencontre mémorable, Rabbi Na'hman était âgé de 30 ans, Rav Nathan seulement de 22 ans.

 

À compter de ce jour-là – et d'après les mots de Rav Nathan: “Rabbi Na'hman me prit sous son aile et m'amena près de lui.” C'est ce jour-là que Rav Nathan trouva son guide spirituel, son véritable “Rabbi ”.

 

Rav Nathan retourna à Breslov la semaine suivante pour y passer Roch Hachana avec le Rabbi. Après Roch Hachana, Rabbi Na'hman demanda à Rav Nathan d'écrire les mots de Tora qu'il avait prononcés pendant le yom tov. Par la suite – après 'Hanouka – le Rabbi lui demanda d'écrire les mots de Tora – mot à mot – qu'il lui dictait. Cette méthode fut celle que Rabbi Na'hman et Rav Nathan utilisèrent pour les années suivantes qu'ils passèrent ensemble. Rav Nathan écrit: “Il [Rabbi Na'hman] prononçait des mots de Tora (un dvar Tora)... et plus tard... il me dictait ce qu'il avait dit, phrase après phrase – en yiddish – tandis que j'étais assis à ses côtés et que j'écrivais en lachon haqodech (hébreu). ... Le plus souvent, après avoir écrit ce qu'il m'avait dicté, je lui en faisais la lecture.”

 

Rav Nathan passa l'hiver suivant entier à faire d'incessants allers et retours pour aller voir son Rabbi. De fait, il devint rapidement le disciple le plus proche de Rabbi Na'hman et le Rabbi lui demanda de prendre en charge une tâche extraordinaire: celle d'écrire et d'organiser la totalité de son enseignement, d'une façon systématique.

 

Pendant cet hiver, Rav Nathan vivait dans la maison de son père. Il lui était impossible de cacher ses nombreuses visites à Breslov, ainsi que sa résolution et son enthousiasme – qui possédaient un nouvel aspect – dans son respect des mitswoth. Son père était courroucé et il refusa que Rav Nathan continue de manger à sa table. C'est pour cette raison que Rav Nathan fut obligé d'aller manger chez son grand-père, tandis que sa jeune femme – qui était également opposée à la 'hassidouth – restait chez son beau-père pour prendre ses repas. En fin de compte, plutôt que de faire partager son enthousiasme nouveau pour la 'hassidouth aux membres de sa famille, ceux-ci se moquaient des nouvelles habitudes de Rav Nathan – qui suivaient maintenant les conseils de Rabbi Na'hman – ainsi que de sa nouvelle ferveur dans sa pratique des mitswoth.

 

Cependant, la situation s'améliora légèrement après que la femme de Rav Nathan ait parlé à son père du nouveau style de vie de son jeune époux. Rav David Tzvi demanda à sa fille si Rav Nathan continuait à étudier la Tora d'une façon assidue, malgré le fait qu'il soit devenu un 'hassid. Elle répondit que non seulement il continuait à étudier, mais qu'en fait, il étudiait deux ou trois fois plus qu'auparavant. À sa réponse, Rav David Tzvi réprimanda sa fille en lui disant qu'avec un mari aussi précieux, elle devait faire tout qui était en son pouvoir pour venir à son aide.

 

À la même époque, le père de Rav Nathan commença aussi à changer d'avis à propos de son fils, lorsque ses associés lui soutinrent qu'il agissait d'une façon trop dure contre “un tel fils formidable et de valeur.” En fin de compte, le père de Rav Nathan prit les dispositions nécessaires pour permettre à son fils de travailler dans l'entreprise familiale, ce qui permit à Rav Nathan de s'assurer un gagne-pain honorable.

 

Dans ces conditions, Rav Nathan avait la possibilité de subvenir aux besoins de sa famille, tout en passant la majorité de son temps à son étude de la Tora et à son 'avodath Hachem (servir D-ieu). Rav Nathan pouvait également rendre visite à Rabbi Na'hman toutes les semaines. Ainsi, Rav Nathan prit l'habitude s'immerger dans l'étude de la Guemara, du Choul'han 'Aroukh et de l'enseignement de Rabbi Na'hman.

 

Pourtant, Rav Nathan éprouva rapidement le sentiment que ses journées bien remplies ne représentaient pas encore l'idéal qu'il aurait du atteindre. Même s'il étudiait tout le Shas (le Talmud) et tout le Choul'han 'Aroukh chaque année, il ressentait une certaine frustration de ne pas en faire plus. À cette époque, Rabbi Na'hman lui enseigna qu'“un peu est également bien”, c'est à dire que même si Rav Nathan avait certaines obligations qui l'empêchaient de réaliser pleinement ce qu'il voulait, il ne devait pas perdre espoir d'y arriver un jour. Au contraire, il devait simplement continuer son programme quotidien et en fin de compte, il atteindrait son objectif un jour ou l'autre.

 

L'année suivante – sur les conseils de Rabbi Na'hman – Rav Nathan entreprit une étude intensive de la halakha (loi juive).

 

Pendant les sept années qui suivirent, Rav Nathan resta le 'hassid fidèle de son Rabbi. Il continua à transcrire toutes les leçons de Rabbi Na'hman et à les arranger sous la forme d'un livre. Parmi les fruits de son travail, on peut citer: le Liqouté Moharan, le Qitsour Liqouté Moharan et le Liqouté Moharan (volume n°2). Rav Nathan rédigea également son sefer (livre) encyclopédique: le Liqouté Halakhoth, une oeuvre en huit volumes sur la philosophie breslov. Dans cet ouvrage, Rav Nathan explique d'une façon allégorique les halakhoth du Choul'han 'Aroukh, en se basant sur l'enseignement de Rabbi Na'hman.

LA SÉPARATION


 

À la suite de plusieurs incendies dans la ville de Breslov, Rabbi Na'hman alla vivre dans la ville de Ouman. Le lundi 3 Iyar (mai) 1810, Rav Nathan fit le voyage avec le Rabbi en direction de sa nouvelle – et dernière – maison. La maladie de Rabbi Na'hman – la tuberculose – était déjà dans un état avancé. Il réalisait que le temps qui lui restait à vivre n'était plus très long. Le Rabbi désirait être enterré à Ouman, aux côtés des quelques 20 000 martyres qui avaient été massacrés par les Haidmacks, pendant la rébellion paysanne de 1768.

 

Rav Nathan passa Roch Hachana avec Rabbi Na'hman à Ouman. Plus de six cents personnes se trouvaient autour du Rabbi à l'occasion du nouvel an juif. Entre Yom Kipour et Soukoth, le Rabbi confia son testament à Rav Nathan.

 

Le mardi 18 tichré (octobre) 1810 – pendant 'Hol HaMo'ed Soukoth – Rabbi Na'hman décéda. À propos des dernières minutes sur terre de Rabbi Na'hman, Rav Nathan a écrit: “Il semblait qu'il était déjà parti. Je commençais à pleurer et à crier: 'Rabbi! Rabbi! Pour qui nous quittes-tu?' Il entendit et bougea un peu; il se tourna vers moi comme pour me dire: 'Je ne vous quitte pas, que D-ieu me préserve'” (Journal intime de Rav Nathan/Yemé Moharnath # 62-64).

 

Immédiatement après la mort du Rabbi, un des 'hassidim s'empara des manuscrits que Rabbi Na'hman avait demandé qu'on brûle après sa mort, et il les jeta dans le feu. Rav Nathan pleurait amèrement en s'approchant du feu. Plus tard, il expliqua qu'il voulait – au moins – “respirer la fumée sainte de l'enseignement que notre génération ne mérita pas de jouir.”

 

Rabbi Na'hman fut enterré – avec les 20 000 martyres – dans l'ancien cimetière de Ouman.

 

Lorsque Rav Nathan rejoignit sa famille à Nemirov – après Soukoth – il du respecter les lois de deuil pour un de ses frères qui venait de décéder. Rav Nathan a écrit: “J'arrivais chez moi avec le coeur brisé, abattu, comme un orphelin sans père [de fait, Rav Nathan avait perdu son “père” spirituel]; j'étais comme une âme perdue dont plus personne ne s'occupait... Maintenant, je devais porter le deuil pour un proche parent, immédiatement après la perte du Rabbi. 'D-ieu fait toute chose à son heure' (Kohelet 3:11)” (Journal intime de Rav Nathan/Yemé Moharnath # 68).

 

Après la disparition du Rabbi, Rav Nathan était désorienté à propos de la direction que sa vie devait prendre. Il se souvint alors d'une histoire que le Rabbi lui avait racontée. Cette histoire était celle d'un 'hassid dont le maître lui avait dit qu'après sa mort, le 'hassid devait continuer à vivre sa vie selon les leçons que son maître lui avait apprises. Cette histoire permit à Rav Nathan de trouver l'impulsion nécessaire pour continuer à vivre. Rav Nathan a écrit: “Tout cela renforça ma détermination de faire attention à chaque mot que j'avais entendu du Rabbi. Cela me donna la force de faire face à tous les défis qui se présentaient à moi.”

 

À cet instant, Rav Nathan réalisa que son devoir était de remplir la mission que le Rabbi lui avait confiée: propager – à travers le monde – l'enseignement de Rabbi Na'hman et grâce à celui-ci, amener ses compatriotes juifs à se rapprocher de D-ieu. Cette mission sainte remplit les 34 années de Rav Nathan qui lui restait à vivre.

 

Immédiatement après la mort du Rabbi, Rav Nathan imprima: le Liqouté Moharan vol.2 qui est un recueil de l'enseignement du Rabbi; le Sefer Hamidoth (en français: “le livre du Aleph-Beth”), qui lui fut dicté par le Rabbi avant sa mort, et le Qitsour Liqouté Moharan que Rav Nathan rédigea et qu'il montra au Rabbi pour recevoir son approbation.

 

Pendant les 34 années qui suivirent le décès de Rabbi Na'hman, Rav Nathan écrivit et publia un certain nombre d'autres livres, parmi lesquels on trouve: le Liqouté Etsoth (en français: “Conseils”), une version augmentée du Qitsour Liqouté Moharan et arrangée par sujets; le Liqouté Tefiloth (une version en français existe, mais elle ne présente que quelques-unes des nombreuses prières), une collection de prières basées sur l'enseignement du Rabbi. Après la publication du Liqouté Tefiloth, Rav Nathan fit remarquer qu'un certain nombre de personnes avaient déjà mérité le monde futur grâce à la récitation de ces prières. Rav Nathan termina également la rédaction de son oeuvre encyclopédique le Liqouté Halakhoth; il publia les histoires de Rabbi Na'hman et Si'hoth Haran (en français: “La sagesse de Rabbi Na'hman”) un recueil des paroles informelles de Rabbi Na'hman.

 

Quelques-uns des dirigeants juifs importants de cette génération étaient opposés à Rav Nathan et firent pression sur le gouvernement. Leur volonté fut exaucée lorsque – suite à leurs actions – Rav Nathan fut emprisonné pour ses convictions. Le gouvernement interdit également les livres breslov et confisqua la machine à imprimer de Rav Nathan.

 

Pourtant, malgré tous ces mensonges et cette calomnie, Rav Nathan persévéra dans l'entreprise formidable qui reposait sur ses épaules. Il se souvenait toujours de ce que le Rabbi lui avait appris: “Il ne faut jamais abandonner!”

 

Pendant l'hiver de l'année 1822, Rav Nathan – accompagné de son élève Rav Yehouda Eliezer – se rendit en Terre sainte. Même si les deux compagnons restèrent seulement un mois en Eretz Israël, la durée du voyage excéda dix mois.

SES DERNIERS JOURS


 

À l'occasion de Chabath 'Hanoucca, Rav Nathan parla du service du Kohen gadol (le grand prêtre) pendant Yom Kipour. Il commença à réciter la description du service du Kohen – détaillée dans la prière de Moussaf de Yom Kippour – et lorsqu'il atteignit les mots “Il entra dans le lieu par où il entra, et il s'immobilisa là où il s'immobilisa. Comprend devant qui tu entres”, Rav Nathan ajouta: “Et un érudit de la Tora est même plus grand que le Kohen gadol.”

 

À la fin du Chabath qui précéda sa mort, Rav Nathan répéta plusieurs fois les mots de la Havdala “veLo ef'had ” (Je n'ai pas peur) en pleurant.

 

Le vendredi 10 teveth (décembre) 1844, Rav Nathan se leva tôt afin d'enseigner à ses élèves, avant le lever du jour. Par la suite, il leur donna son dernier conseil: “Restez ensemble et aimez-vous les uns les autres.”

 

Après avoir prié Cha'harith (la prière du matin) avec une grande concentration, il étudia le Choul'han 'Aroukh et en termina l'étude d'une partie qu'il avait commencée précédemment. Ensuite, il récita les Tehilim (Psaumes) et il apprit le Tanakh.

 

Lorsque ces sympathisants revinrent du miqwé – peu de temps avant Chabath – ils furent surpris de constater la dégradation de l'état de santé de Rav Nathan. Celui-ci dit simplement: “C'est une grande bonté.”

 

Quelques minutes après l'allumage des lumières de Chabath dans la ville de Breslov, Rav Nathan rendit son âme sainte à son Créateur. Il n'avait pas encore 65 ans.

 

À cet instant, le disciple le plus proche de Rav Nathan – Rav Naftali – se trouvait à Ouman. Il réalisa cependant que Rav Nathan venait de mourir. Lorsqu'on lui demanda de quelle façon il l'avait appris, il répondit: “J'ai fait un rêve dans lequel je voyais Rav Nathan courir. Je lui demandais alors vers où courrait-il. Il me répondit: 'Moi? Directement chez le Rabbi!'”

 

À la fin du Chabath (motsé Chabath), le 12 teveth (janvier), Rav Nathan fut enterré à l'entrée du cimetière de Breslov. Même si l'hiver était à son apogée, la lune brillait avec éclat et toutes les personnes qui assistèrent à l'enterrement purent ensuite bénir la nouvelle lune. Cela leur fit penser à Rav Nathan: de la même façon que la lune reflète la lumière du soleil, la totalité de la vie de Rav Nathan consistait à refléter la lumière de son maître.

 

Deux seforim (livres) de Rav Nathan furent publiés après sa mort: 'Alim lé troufa, un recueil de ses lettres, et Yemé Moharnath, son journal personnel.

Rav Nathan eut cinq fils et une fille: Cha'hna, Yits'haq, David Tzvi, Na'hman, Yossef Yona et 'Hana Tzirel.

 

Rav Nathan nous a également légué deux choses irremplaçables: la foi et l'espoir. La force et la puissance de cet héritage sont telles que ses sympathisants ont toujours été prêts à braver les pires persécutions pour suivre l'enseignement du Rabbi. Rav Nathan a ouvert un chemin précieux: celui dont le but consiste à se séparer de l'indifférence et du matérialisme qui prévalent dans la société. Son exemple personnel d'abnégation a donné à ceux qui sont venus après lui la force de défendre ce qu'ils considéraient – et qu'ils considèrent encore aujourd'hui – comme la vérité.


 

Nous apprécions vos commentaires. Vous pouvez nous envoyer vos remarques à feedback@breslovworld.com . Faites-nous savoir si nous pouvons les publier avec votre nom. Merci d'avance. L'éditeur.

 






 
 Les plus populaires Les plus populaires
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Facebook Facebook
 
 
 
 Les plus lus Les plus lus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Produit du jour Produit du jour
 
 
 
 
Back  1 2 3  Next
 
 
 
 
 Les plus vus Les plus vus
 
 
 
 
Up  1 2 3  Down
 
 
 Liste e-mail Liste e-mail
 
 
 
S'abonner ici :   
 
   
 

 
 



  
 
 
open toolbar